Un petit effet « madeleine de Proust »… On croit les connaître et on les redécouvre toujours !

ContesL’auteur : on ne présente plus Charles Perrault. On oublie que c’était un auteur libertin du XVIIème siècle, maître dans l’art de l’ambiguïté et poète à ses heures…

Le Livre : … car les deux premiers contes de ce recueil sont en vers, notamment celui de Peau d’Ane ! Disney a perverti notre vision de ces contes : vous rappeliez-vous que
La Belle au Bois Dormant épouse son Prince, en a deux enfants, devient reine et manque de se faire dévorer par son ogresse de belle-mère ? Les contes de fées nous cachent encore tellement de surprises ! Je terminerai sur l’exemple du Petit Chaperon Rouge : non, les contes de fées ne se terminent pas toujours bien ! Deux petites pages pour raconter l’insouciance d’une jeune fille qui se déshabille, se glisse dans le lit avec un être au(x) membre(s) démesuré(s) (« Comme vous avez de grandes… ») et qui, inévitablement, est dévorée toute crue ! Point final !

Vous n’aviez pas lu le conte de cette façon, avouez….