"Comme dans les..." "Comme dans les..." Et non, je ne fais pas une crise de Compagnie Créole, je rétablis juste la vérité sur la culture populaire par un retour aux sources: Le Douanier Rousseau est le pseudonyme d'Henri Rousseau (1844-1910), un peintre français dit "naif" de par ses dessins simples et colorés. On connaît ses jungles luxuriantes et ses toucans colorés. Je vous en ai sélectionné un un peu différent mais qui me plaît beaucoup: La charmeuse de serpent.

665px_Henri_Rousseau_011_la_charmeuse_de_serpent

Après y avoir représenté des animaux, notre douanier peuple ses Jungles de personnages. Ici, on retrouve une femme en contre-jour, dont on ne distingue que la silhouette sombre et les yeux lumineux, entourée des silhouettes des animaux qu'elle charme.  Autour d'elle, une végétation toute en formes géométriques, riche, dans un camaïeu de vert allant du bleu au jaune. Et un flamand rose, étonnamment clair. Ce qui me plaît dans ce tableau, c'est qu'il semble fait à deux niveaux. D'abord cette jungle, où les lumières semblent mises en échec, où les fleurs semblent rayonner d'elles-mêmes, où l'eau reste claire malgré la nuit tombée. Cette jungle compact, dont fait partie le flamand rose, ressemble à une signature picturale du Douanier, quelque chose qui dirait "Bienvenus dans mon univers". Le second niveau, c'est celui de cette charmeuse de serpent et de ses animaux. Elle apporte au tableau un côté sombre, mystérieux, inquiétant même : cette femme elle-même serpentine joue avec des serpents énormes qui l'assaillent de partout, même des arbres. Et pourtant, par ses formes généreuses et simples, par sa façon de se fondre complètement avec les serpents de la jungle, de se fondre avec la nuit tombante, de ne pas s'affirmer en tant que personnage, elle crée une harmonie nouvelle avec le paysage qui l'entoure. Une forme de renouvellement inattendu d'un motif trop connu.

Séduits?