InesL'auteur: Loïc Dauvillier (né en 1971) a participé à plusieurs adaptation illustrées d'oeuvres littéraires classiques. Pour voir son site, cliquez ici! Il collabore ici avec Jérôme D'Aviau (né en 1970).

Le livre: un homme, une femme, une petite fille. Une famille comme tant d'autres. Sauf que le soir, à travers les murs, on entend la petite pleurer et les coups tomber. La jeune femme jongle entre le maquillage qui cache ses bleus et les amis qui n'interviennent pas et font semblant de ne rien voir. D'humiliation en viol conjugal, elle hésite à prendre la seule décision qui peut protéger sa petite fille: partir. Mais pour aller où?
Dans la bibliothèque municipale de ma petite ville, il y a un fond BD adulte plus que satisfaisant. Cette bande-dessinée était en tête de rayon, mise en valeur. Lorsque je suis passée à la banque d'emprunt, la bibliothécaire m'a avoué qu'il s'agissait d'un coup de coeur. Le flair a été juste: j'ai juste dévoré cet album. Pesant, prenant, oppressant, il se passe de mot la plupart du temps. Sobre et réaliste sans être cru, le dessin, en noir et blanc, souligne la dureté et l'ambiance lourde de cette histoire. Cadrages, taille des images, clair-obscur, hors-champs, les planches jouent de toutes les techniques du film noir pour surprendre le lecteur, maintenir la tension et diffuser le malaise. On retient son souffle de la première à la dernière case. Jouant sur la montée progressive de ce climat sans proposer d'autre action qu'un quotidien lugubre, cet album réussit un tour de force sur un sujet difficile.
Je me suis promise depuis d'écouter les conseils de cette bibliothécaire, qui m'avait déjà encouragé à lire la suite de L'immeuble d'en face. Un autre de ces coups de coeur m'attend sur ma PAL. Je vous en donnerai des nouvelles...