20220904_151757

Amanda est une créatrice de bijoux parisienne qui jongle entre son job d'entrepreneuse, ses amis et ses amants plus ou moins fidèles. En voulant faire ramoner la cheminée condamnée de son appartement haussmanien, elle y trouve une boite renfermant une superbe bague en opale, le Rayon de Lune. Avec la bague, un paquet de lettres qui dorment là depuis 1860. Ce sont celles de Joséphine, la grisette qui vivait là à l'époque. Alors qu'Amanda se plonge dans la vie trépidante de Joséphine, dans ses amours et ses ambitions de femme trop moderne pour son époque et surtout dans l'histoire du Rayon de Lune, la bague disparaît. Amanda retourne alors Paris et l'histoire pour retrouver le Rayon de Lune.

Je connaissais la plume de Tonie Behar mais là, on a affaire à quelque chose qui est loin des comédies romantiques dont elle se réclame. J'avais d'ailleurs un peu peur du cliché: l'héroïne a tout d'une Parisienne de magazine, qu'il s'agisse de son métier ou de l'endroit où elle habite. A deux doigts d'Emily In Paris... Pourtant, subtilement, on rappelle qu'elle est avant tout une bosseuse qui n'a pas besoin des hommes pour s'affirmer. Son amant du moment, d'ailleurs, n'est que son amant du moment. Les codes sont là, mais ils sont dépassés par ce personnage plutôt moderne pour le genre. 
Très vite, on va jongler entre ce Paris-là, et celui de 1860 qui emploie les grisettes, ces petites modistes et couturières qui vivent dans les chambres de bonne sous les toits pour fournir le beau Paris en superbes toilettes qui feront tout l'imaginaire de l'époque. La précision historique du roman est remarquable, et Tonie Behar rend un très bel hommage aux femmes trop libres que Maupassant affectionnait tant. Sans oublier que cette partie du roman est purement épistolaire, et moi, j'adore les romans épistolaires: ils ont un souffle un rythme, une âme qui fonctionne toujours très bien avec moi. Les amours de Joséphine avec son voisin, marquée par les codes de l'époque, sont romanesques et addictives à souhait. On nous fait rêver.
Mais ça ne s'arrête pas là. Après la comédie romantique, après le roman historique épistolaire, nous plongeons à deux pieds dans le roman policier lorsqu'Amanda trouve un cadavre sur le pas de sa porte, un cadavre lié au Rayon de Lune. Elle est une des principales suspectes, et il ne tient qu'à elle  de mener sa petite enquête si elle veut à la fois l'innocenter et bien sûr, retrouver sa précieuse bague. Et ça marche! La partie policier de l'intrigue est bien construite, pleine de fausses pistes et de suspens, et nous tient en haleine jusqu'au bout. 
Vous l'aurez compris, je suis bluffée par ce roman aux multiples facettes qui tient toutes les promesses d'un excellent moment de lecture.

La note de Mélu:

Note 5

Un mot sur l'autrice: Tonie Behar est une autrice française au parcours éclectique et multiculturel. D'autres de ses oeuvres sur Ma Bouquinerie

en_sc_ne_les_audacieuses