DSC_0049

Ivy n'est pas n'importe qui. Son père, Heath Dark, est un des vampires les plus puissants du monde. Sa mère était humaine autrefois, ce qui fait d'Ivy une créature hybride, et très seule. Un drôle de coup du sort lui donne l'occasion de changer son destin: elle se réveille brutalement deux cents ans dans le passé. En 2007. Avant que les vampires ne se révèlent au grand jour et n'asservissent la race humaine. Avant sa propre naissance. A l'époque où son propre père était un tueur sans merci et où les chasseurs de vampire qui mettent la main sur elle la tueraient immédiatement s'ils comprenaient à qui ils avaient affaire.

Je ne suis pas spécialement fan des romances paranormales, mais je n'ai rien contre non plus. Ici, j'ai trouvé un roman parfaitement codifié. L'héroïne est en quête d'identité, le héros est un bad boy au corps d'Apollon et au coeur meurtri, ils sont ennemis mais finissent par se tomber dans les bras. Rien de bien original. Ajoutez quelques scènes sexy dans la douche, quelques bagarres qui finissent en baisers passionnés, et vous obtenez cette romance convaincante mais pas révolutionnaire. Ca fait toujours son petit effet, à savoir passer un bon moment.
Les personnages eux aussi sont un peu caricaturaux. Je n'ai pas été plus convaincue que ça par le personnage d'hybride que représente Ivy. Ou plutôt, je l'ai sentie sous-exploitée. Du vampire, elle ne garde que l'immortalité, la capacité de guérison et la force. Elle ne boit pas de sang, supporte même un peu de soleil. Ce qui la rend un peu fade. Et surtout, drôlement chochotte. Elle va bien se livrer à quelques bagarres, mais quand on est la fille du plus grand vampire du monde, je ne sais pas vraiment ce qui peut nous faire peur, et Ivy semble réagir comme n'importe quelle jouvencelle en danger. Elle manque un peu de punch. Heureusement, quelques jolies trouvailles sur les capacités insoupçonnées des hybrides nous attendent à la fin du roman, mais c'est un peu tardif pour moi. Son ennemi-futur-amoureux, lui, ne m'a pas convaincue du tout, beaucoup trop parfait dans son genre. 
Ce qui m'a surtout attirée dans ce roman, c'est le thème du voyage dans le temps. Et il s'en sort pas mal. Ivy joue des connaissances qu'elle a du futur, et les scènes où elle rencontre les différents membres de sa famille deux cents ans avant sa propre naissance sont particulièrement intéressantes. On y découvre de manière subtile et réussie tout ce qui a pu se passer pendant les deux cents ans d'écarts, et les enjeux de la présence d'Ivy, la course contre la montre à laquelle elle se livre pour changer le passé sans le changer trop sont vraiment réussis. Les derniers chapitres, consacrés à son retour dans son époque, forment une relance efficace de l'intrigue qui m'a beaucoup plu. Cela en fait un roman équilibré et bien conçu, avec une tension maintenu tout le long du roman, et que j'ai donc lu très vite et avec plaisir.

La note de Mélu:

Note 3

Pas mon préféré, mais une lecture très agréable pour un après-midi au bord de la piscine. Un très grand merci aux Editions du Petit Caveau pour leur confiance et pour cette lecture!

Un mot sur l'autrice: Nadège Fillion est une autrice originaire du Québec. Elle a déjà publié Danse nocturne, une histoire qui précède celle-ci.