L'Appel de la forêt audio

Hymne ambigu à la vie sauvage, ce roman était déjà passé entre mes mains il y a quelques années et la traduction ne m’avait pas emballée. Mais lorsque j’ai vu Audiolib me proposer cette nouvelle traduction, je me suis dit que ça valait le détour. Et j’ai été bien plus emballée. Moins alambiquée, plus brute, plus poétique aussi, j’ai redécouvert l’histoire de Buck, ce gros chien de famille volé, vendu, victime de l’attrait irrationnel de l’homme pour l’or des contrées sauvages. Battu, maté, humilié, il devient un outil au service de la cupidité, puis un véritable atout pour l'homme face au monde inviolé du Grand Nord. Au contact de ses multiples propriétaires, Buck découvre peu à peu la dureté, l’autonomie, l’instinct, l’amour. De l’incommensurable danger de mettre un genou à terre à cette force incroyable du devoir qui pousse le chien de traineau à tirer son chargement jusqu’à la mort, il grandit, s’émancipe, s’attache et finit par céder à l’appel. Le roman est bref, mais puissant.

Evidemment, la tête d’affiche fait son effet: Jean Reno comme lecteur, excusez du peu. Pourtant, au début, je n’ai pas trouvé sa lecture fabuleuse: assez monocorde, sa voix éraillée est finalement trop connue, peut-être, pour parvenir à se mettre vraiment au service du texte. Peut-être aussi parce que je connaissais déjà le texte. Mais j’ai eu vraiment l’impression que ça s’améliorait au fil de la lecture et qu’il parvenait à lui donner un souffle certain. Il lui donne une forme de noblesse brute qui, finalement, colle assez bien à l’histoire.

La note de Mélu:

Note 5

Un livre audio de grande qualité!

Un mot sur l’auteur: Jack London (1876-1916) est le pseudonyme de John Griffith Chaney. Il tient son pseudonyme de son beau-père, John London (Jack étant le diminutif de John). D’autres de ses oeuvres sur Ma Bouquinerie:

jack london croc blancl'appel de la forêt