les pierres de fumée 3

La guerre est lancée. Les Royaumes Humains s’organisent, les alliances se font et se défont, les rois montrent leurs vrais visages. Eléa a échappé au mariage avec le cruel Prince Baden et s’est enfuie avec son ami Tobias dans l’espoir de retrouver, enfin, son frère. Mais la magie en elle, brutalement éveillée par sa ravisseuse l’impératrice Caëla, menace de la consumer. Son frère jumeau Liam, quant à lui, est devenu un mystagogue accompli mais peine à se conformer aux ordres devant les tourments familiaux qu’il endure: il apprend en effet la véritable identité de son père.

Dans ce troisième et dernier tome, les personnages se multiplient et se développent. Une chose est sûre: Eléa et Liam ne sont plus complètement le centre de l’intrigue. C’est assez déstabilisant, un peu frustrant même, car on n’en peut plus d’attendre qu’ils se retrouvent enfin. D’un autre côté, cela permet aussi de s’attacher à d’autres personnages très intéressants. Personnellement, j’ai eu une sympathie toute particulière pour Bahijar, le mystagogue devenu maître des bains et qui assume ses goûts pour les hommes, le maquillage et les parures, mais qui n’en reste pas moins un puissant combattant. Ou encore Eshan, le gitan, dont les voeux de mystagogues sont mis à mal devant une petite orpheline et une jolie domestique, car comme le lui rappelle son maître, de l’attachement naît la souffrance. Même si cela reste toujours un peu périlleux de suivre ces histoires parallèles, l’intérêt ne faiblit pas.
Les scènes d’action sont encore une fois au rendez-vous, rendue spectaculaires notamment par les créatures ailées tantôt magnifiques, tantôt terrifiantes. L’univers fantastique créé par l’auteur tient toutes ses promesses et il n’est pas exempt de cruauté, ce qui est toujours appréciable dans un roman jeunesse là où ils sont trop volontiers bien-pensants et auto-censurés. On est enfin confronté aussi à ces fameuses pierres de fumées qui donnent leur nom à la série, dont le rôle est pleinement mis en lumière mais qui gardent toute leur puissance mystérieuse.
J’ai cependant regretté quelques directions prises par l’intrigue. La guerre est évidemment au centre du roman, au détriment peut-être de certaines confrontations, certaines relations entre les personnages que j’attendais beaucoup. Les retrouvailles entre Liam et Eléa par exemple, si attendues, sont finalement un peu tièdes à mon goût, un peu reléguées au second plan. Mon petit coeur de minidette espérait un peu plus de spectacle là-dessus, tout comme sur les nombreuses intrigues amoureuses qui sont toutes ébauchées et rarement abouties. Dommage.

La note de Mélu:

Note 4

Une conclusion très sympathique.

Un mot sur l’auteur: Eric Boisset (né en 1965) est un auteur français spécialisé dans la littérature de jeunesse. J’ai eu la chance de luiposer quelques questions ici! D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

le grimoire d'Arkandias 9782210969391_cv_ArkandiasT2.indd 9782210969407_cv_ArkandiasT3.indd nicostratos les pierres de fumée 978221096129_cv_PierresFumee2.indd l'étincelle d'o