le trone de fer

  1. Depuis qu’il a réussi à renverser le monarque et la dynastie des Targaryen avec lui, c’est le roi Robert Baratheon qui règne sur les sept couronnes. Mais les grandes maisons ne sont pas en reste, et chacun surveille une opportunité pour s’emparer du pouvoir. Or son bras droit, la Main du Roi, vient de mourir. Il propose alors le poste à son vieil ami Eddard Stark. Un honneur qui ne se refuse pas… Mais qui n’est pas du goût de Stark, et qui réveille bien des hostilités. Au sein même de sa famille, les dissentions sont nombreuses. Tout oppose ses filles Sansa la princesse gracieuse idéale et Arya l’aventurière dont l’attitude pourrait compromettre les projets d’avenir de sa soeur. Et il y a Jon Snow, le fils bâtard, dont l’origine intrigue. Trouver une place pour lui à la cour est compliqué, mais il est décidé: il rejoint la garde de nuit, afin de veiller sur le mur de glace qui marque la frontière du royaume. Ailleurs, la dernière héritière de la maison Targaryen, la jeune Daenerys, essaie de se faire une place et de remonter la pente pour reconquérir le trône de son père, poussée par l’ambition dévorante de son frère.

Ce roman est juste mythique mais je me suis soigneusement préservée du raz-de-marée Game Of Throne afin de l’aborder d’un oeil neuf. Et j’ai bien fait. L’univers créé par l’auteur est plein de qualités. Le royaume des Stark qui est le plus développé dans ce premier tome, a quelque chose de fascinant, avec son hiver aux durées incertaines et ses loups emblématiques. La petite famille Stark est d’ailleurs un microcosme particulièrement soigné et les caractères et relations des différents enfants m’ont beaucoup plu. Les intrigues familiales deviennent un miroir déformant et amer des jeux de pouvoirs politiques, et inversement. J’ai aussi particulièrement aimé l’introduction discrète et subtile des créatures fantastiques et de la magie. On en parle, ils existent, mais plus comme une rumeur, un écho, que comme une réelle composante de l’histoire. Je me suis aussi beaucoup attachée à Daenerys pour son côté seule contre tous, paria, outil politique et pourtant investie d’un grand pouvoir.
Mon seul regret concerne le rythme du roman. C’est long. c’est lent. Il ne se passe clairement pas grand-chose dans le premier tome. Beaucoup d’attente, les personnages se regardent de travers, beaucoup de révélation mais pas franchement d’action ni de retournement de situation. Au bout d’un moment, ça m’a lassée. Le premier tome de mon édition (l’ancienne de chez J’ai Lu) est clairement un tome de présentation mais c’est déjà un petit pavé. Bref, ça manque quand même un peu de piquant et c’est dommage. Un bel univers, ça ne me suffit pas.

La note de Mélu:

Note 3

Des qualités certaines, mais un rythme qui ne me correspond pas.

Un mot sur l’auteur: G. R. R. Martin est un auteur américain qui débute la publication de cette série dans les années 1990. Depuis, il est aussi producteur de télévision, évidemment.