le cahier de maya

Maya a dix-neuf ans et c’est déjà un personnage hors du commun, ne serait-ce que par ses couleurs de cheveux improbables et son passé tumultueux. Sa grand-mère Nini l’emmène d’ailleurs loin. Le bout du monde: le Chili, là où elle-même a passé son enfance. Un petit village hors du temps. Car Maya a besoin de prendre le large, et aussi de se cacher loin des Etats-Unis. Pas mal de gens sont à ses trousses et elle-même, bien amochée, doit remettre de l’ordre dans sa vie et dans sa tête.

Présenté comme une sorte de journal intime, ou de mémoires, ce roman se déroule sur deux rythmes totalement différents. D’abord, le Chili. L’Amérique du sud encore un peu sauvage, avec son univers de village patrimonial. Maya y découvre la lenteur, la nature, la mer, la simplicité des gens. Et de l’autre côté, ses souvenirs de ce qu’elle a vécu et qui l’a amenée là. Adolescente rebelle aux parents absents, élevés par ses grands-parents, dévastée par la mort de son grand-père, sa descente aux enfers ne lui épargnera ni l’alcool, ni la drogue, ni la prostitution, ni les fréquentations les plus dangereuses qui soient. Le contraste est frappant et chacun de ces récits sert de repoussoir à l’autre.
Cette dualité serait presque caricaturale si la vie chilienne n’avait pas un tel accent d’originalité. Pays d’origine de l’auteur, elle trouve là de quoi se démarquer de la classique peinture des banlieues américaines et de leur lot d’horreurs hélas si connues et souvent traitées.
Ce qui m’a surtout marquée, c’est l’évolution de ces personnages. A commencer par Maya bien sûr, qui retrouve peu à peu des repères sains, des sentiments purs, au point qu’on se demande si c’est la même personne dont on nous parle dans les deux histoires.Face à elle bien sûr, l’inébranlable soutien de sa grand-mère, sa Nini, qui ne la lâche absolument jamais, qui a forcé mon admiration et mon attachement.
Et même si au bout d’un moment, le concept s’essoufle, on a hâte de voir les deux histoires se rejoindre finalement, ce qui donne un nouvel élan au roman. De quoi me fournir un passionnant moment de lecture jusqu’au bout.

La note de Mélu:

Note 5

Excellent.

Un mot sur l’auteure: Isabel Allende (née en 1942) est une auteure chilienne.