IRIS tome 2

Après la mort de sa petite soeur et sa confrontation avec l’anomalie 34, Liam sombre. Plongé dans un coma profond, confié aux soins de son grand-père qui lui cache encore tellement de choses, il inquiète beaucoup ses amis. Et en effet, eux aussi doivent affronter des situations angoissantes. A commencer par la petite Lulu, dont les pouvoirs extralucides grandissent et la terrifient. Mais surtout, ils s’inquiètent de la disparition de Camille, le séducteur de la bande. Les a-t-il vraiment trahi comme les apparence le laissent penser? Et avec Camille, Morgan a lui aussi disparu. Instable et mystérieux, Morgan n’était vraiment compris que par Camille. Où est-il désormais? Lorsque Liam se réveille enfin, c’est un entraînement intensif qui l’attend pour maîtriser son pouvoir, alors que rode encore celui qu’il considère comme son ennemi personnel, le cristal fantôme Ayame.

J’avais hâte de retrouver ce petit groupe et savoir comment allait évoluer Liam après la mort de sa petite soeur, la prunelle de ses yeux. Force est de constater que c’est peut-être le personnage qui m’a le moins intéressée dans ce tome. Il faut dire que j’ai tellement accroché aux autres que la barre était sacrément haute. D’abord, j’ai adoré ce qui est fait de la petite Lulu. Rappelons-le: dans le groupe d’adolescents, Lulu est la plus jeune, douze ans à peine. Petite fille fragile et isolée, qui ne jure que par Charlie son frère d’adoption, elle devient dans ce tome un personnage central parce que dans ce petit corps fragile se cache tout simplement peut-être le plus grand des pouvoirs. C’est une fille, c’est la plus petite, et tout le monde la veut parce qu’elle déchire. Voilà. Tout est dit. J’ai bien sûr tourné frénétiquement les pages en espérant des réponses sur Camille, dont l’étrange famille m’avait déjà séduite dans le tome précédente, et dont le parcours est révélateur de l’univers complexe des cristaux créé par l’auteur: c’est lui qui nous entraîne au coeur des manipulations scientifiques opérées sur les porteurs de cristaux et qui en incarne à la fois l’horreur et la révolte.
Très intéressant également, le personnage d’Ayame, son origine et son histoire sont au coeur du roman. On devine que son histoire est étroitement liée à celle de Liam, sans pour autant nous en révéler beaucoup sur ce sujet, et on l’assagit un peu, mais il reste profondément instable et imprévisible et en cela, toujours aussi badasse.
Adolescents obligent, les relations se nouent et se dénouent. Qui finira avec qui? Qui craque pour qui? On ne peut s'empêcher de jouer la midinette et là encore, rien n'est écrit et les liens entre les personnages échappent à toute idée préconçue, pour mon plus grand plaisir. Avec un peu de chance, on évitera l'éternel triangle amoureux pour quelque chose de beaucoup plus original et mature, j'ai confiance!
Ce qui marque l’intrigue, c’est son action. De bagarres en combats épiques, on sera servi en terme de grand spectacle. Pourtant, c’est aussi là-dessus que je suis un peu restée sur ma faim en terme d’originalité. Car si on explore soigneusement l’histoire des personnages et leur passé, l’intrigue reste paradoxalement un peu en suspens et ce n’est qu’à la fin que les choses avancent. Tome de transition, clairement, il donne aussi beaucoup d’importance aux membres de l’Organisation auxquels, décidément, je n’arrive pas à accrocher. Le final s’annonce riche en rebondissement, vivement donc le tome 3!

La note de Mélu:

Note 4

 

Encore un ravissement!

Un mot sur l’auteure: Dee L. Aniballe (née en 1986) est une jeune auteure française. D’autres de ses oeuvres sur Ma Bouquinerie:

iris le sourire 34