le chagrin du roi mort

Dans un pays figé par le froid, Brisco et Aleks sont inséparables depuis l’enfance, élevés comme des frères jumeaux. Lorsque le vieux roi meurt, il se produit près de son corps une étrange prophétie. Et Brisco est enlevé. La famille est désespérée, et Aleks et son père mettent tout en oeuvre pour le retrouver. C’est le moment que choisit Guerolf, frère du roi mort, pour s’emparer du pouvoir. Brisco, aux mains de la Louve, une belle sorcière blonde, peine à comprendre ce qu’on veut de lui, notamment quand ses ravisseurs tentent de l’amadouer. Les années passent… et le destin remet les deux frères sur le même chemin: celui de la guerre.

La prose de Jean-Claude Mourlevat fait toujours mouche. Sensible, délicate, elle nous entraîne sur des terres glacées dans un monde en proie à un grand bouleversement. Onirique et pourtant sans concession, l’univers dans lequel nous plongeons ne fait pas de cadeaux. Il a ce charme des contes de Grimm qui commencent dans un univers magique et qui pourtant le rendent presque aussi cruel que le nôtre. Un enlèvement d’enfant, on a déjà vu, mais la soigneuse manipulation psychologique pour le rallier à sa cause est particulièrement bien menée. Quant à la guerre et aux souffrances qu’elle provoque, là encore, le réalisme est rude.
Les personnages m’ont beaucoup plu. Indépendamment, leur évolution, l’un face à son destin, l’autre face à ses sentiments, rend parfaitement justice au style sensible de l’auteur. La galerie de personnages secondaires, tantôt cocasses, tantôt touchants, est un vrai bonheur.
Ce que je regrette un peu, ce sont les facilités de départ de l’intrigue. Les motifs de l’enlèvement de Brisco ne sont pas bien difficiles à deviner, et ce côté un peu attendu, facile, est tombé un peu à plat pour moi. Le thème des frères ennemis, lui aussi, est un grand classique, et la longue partie où chacun grandit de son côté ne brille pas par son originalité tant on sait qu’ils finiront fatalement par se retrouver à un moment ou à un autre. Heureusement, la fin est tout particulièrement intéressante, faisant un joli pied de nez aux happy end traditionnelles, et donne réellement à réfléchir.

La note de Mélu:

Note 4

Sympathique et bien écrit.

Un mot sur l’auteur: Jean-Claude Mourlevat (né en 1952) est un auteur français déjà couronné de nombreux prix pour ses romans jeunesse. D’autres de ses oeuvres sur Ma Bouquinerie:

terrienne