si proche de lui

Sonia Moonstar passe décidément une très mauvaise journée : son petit ami vient de la plaquer et qu’en plus, sa tante qui l’élève lui annonce qu’au vu de ses notes elle ne partira pas en vacances avec sa meilleure amie, laquelle se dépêche de le lui reprocher. Trop c’est trop: Sonia veut disparaître de ce monde trop injuste. Coup de bol: elle est une sorcière, comme tous les membres de sa famille. Et une formule magique plus tard, la voilà transformée en jolie chatte blanche. Sur le coup c’est très drôle, mais Sonia n’a aucune idée de la manière dont elle regagnera sa forme première. Et la rue est loin d’être un endroit sûr… C’est alors que lui vient une aide inattendue: elle est recueillie par Benjamin, le mauvais garçon du lycée, celui dont tout le monde a peur car on dit qu’il vend de la drogue et qu’il se bat avec les parents d’élèves. Et dans le quotidien, Benjamin n’est visiblement pas si infréquentable que ça…

Alors oui, on n’est pas à un cliché près avec ce livre, qu’il s’agisse des noms des personnages, de leurs profils respectifs ou de la tournure hyper attendue de l’intrigue. Sonia a dix-sept ans, elle en paraît treize tant elle est puérile et superficielle au début de l’intrigue et encore, elle caricature les enfants de treize ans sans aucune nuance. Quant à Benjamin… et bien si c’est ça les bad boys de lycée, nous n’avons aucun souci à nous faire pour nos enfants. Du coup, lorsqu’il se retrouve aux prises avec une bande de mafieux armés jusqu’aux dents, c’est à peine crédible. Cela ressemble donc à une version très édulcorée façon rêve de préado où l’on joue à se faire frissonner. Sans parler des réactions finales à coup de « Tu ne devrais pas me fréquenter, je vais t’attirer des problèmes » qui m’ont rappelé les pires moments de Twilight. Bref.
Le côté fantastique est un peu mieux géré, et encore. Souvent j’ai trouvé que l’écriture n’allait pas assez loin dans l’exploration du monde vu par les yeux d’un chat, même si cela reste le plus gros intérêt de l’histoire. J’ai apprécié la dignité avec laquelle est traitée l’immense pouvoir de la tante de Sonia, matriarche qui ne se déplace pas pour rien et qui transige peu. Dans l’ensemble, cela n’est pas une lecture désagréable, à condition de ne pas attendre trop, surtout si on a plus de quinze ans. Je ne suis décidément pas la cible.

La note de Mélu:

Note 2

Pas pour moi.

Un mot sur l’auteur: Stéphane Soutoul (né en 1977) est un auteur francophone passionné par la littérature fantastique. D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

Anges d'Apocalypse anges d'apocalypse 2 anges d'apocalypse 3