coitus interruptusVoici l’histoire d’un couple comme beaucoup, avec des enfants, des amis… Et une vie sexuelle. Qui peut parfois être très drôle. Pas facile, par exemple, de se ménager des moments d’intimités lorsque les enfants écoutent aux portes ou s’invitent dans le lit. Ou de conjuguer les envies de l’un et de l’autre. Qu’il s’agisse de lui qui sort le masque et les menottes (et perd la clé) ou voit de la stimulation partout, ou elle qui lui demande de se décaler un peu pour regarder la fin de sa série ou d’envoyer des sms à son coach minceur, les situations les plus banales succèdent aux plus absurdes, tout ça pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques.

Si vous suivez un peu les éditions Rebelle sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas pu passer à côté des planches de Philippe Reyt qui croque tantôt avec tendresse, tantôt avec mordant, la vie familiale et intime. Dans cette BD réservée à un public averti, on rit beaucoup et pour cause! La caricature y est franche, et l’on n’hésite pas à tourner en ridicule les situations un peu farfelues. J’ai notamment adoré toutes les planches concernant les fantasmes qui tournent mal: à lire les aventures de ce couple, on y réfléchira à deux fois avant d’essayer les galipettes sur le sèche-linge ou d’enfiler le costume de Mickey. J’ai également beaucoup aimé les commentaires du dessinateur en cours de route, à sa table de travail, qui subit notamment les foudres de sa compagne, les questions de son éditrice: on devine qu’il jongle entre le vécu et la caricature et se moque en premier lieu de lui-même. Et comme j’aime bien l’humour même quand il n’est pas franchement fin, j’ai adoré les planches qui exploitent les jeu de mots graveleux de notre conversation quotidienne, transportant nos protagonistes à Sète, à Troyes ou à Montcuq.
Le trait de Filipré (son pseudo pour l’occasion), avec son petit côté naïf, rend ses personnages très attachants et amusants et, pour le coup, n’est jamais vulgaire. Il donne volontiers la parole aux parties concernées de l’anatomie pour expliquer de manière imagée comment ils vivent leurs vie, comme sur cet exemple pioché sur sa page Facebook:

Philippe reyt

Si je n’ai pas toujours eu l’impression qu’il s’agissait du même couple dans toutes les planches (et ai donc un peu regretté ce manque d’unité) et si j’ai parfois grincé des dents devant l’utilisation de clichés un peu faciles (c’est toujours lui qui ne pense qu’à ça et elle qui a mal à la tête), j’ai passé un excellent moment avec cette petite pépite.

La note de Mélu:

Note 5

Je recommande!

L’auteur: Philippe Reyt est un illustrateur originaire de la région de Montluçon, qui après être passé par l’armée et le journalisme, a commencé la BD en évoquant sa vie de famille. D’autres de ses oeuvres sur Ma Bouquinerie:

brèves de réceptions