le cahier de TurinMarc, écrivain, est déjà séparé et père de deux enfants lorsqu’il aperçoit par la fenêtre sa voisine d’en face. Un je-ne-sais-quoi qui se passe. Mais il est peu optimiste, Hélène vit déjà avec un bellâtre contre lequel il est persuadé de ne pas faire le poids. Pourtant, elle va quitter son compagnon pour partir avec lui. Pour marquer le début de cet amour naissant, ils partent sur un coup de tête à Turin. C’est là qu’elle lui présente un cahier, couvert de son écriture, rempli de tout ce qu’elle n’a pas pu lui dire depuis qu’ils se sont rencontrés. Ce cahier, il l’a effacé de sa mémoire, jusqu’au jour où, dix ans plus tard, il se rend compte qu’il n’a jamais vraiment écrit sur Hélène. Que sait-il réellement sur elle, sur la raison pour laquelle elle l’a choisi? Il faut vraiment qu’il retrouve ce cahier pour retourner aux origines de leur histoire.

Un livre que l’on m’a offert, qui traînait depuis des lustres sur une étagère et que j’ai ouvert parce qu’il fallait faire de la place. Et qui finalement, m’a beaucoup plu. J’ai beaucoup aimé la manière dont cette histoire d’amour est traitée, histoire d’amour qui n’est pas celle de jeunes premiers, qui pourrait être si anodine et qui pourtant arrive à être si touchante. L’essentiel du roman ne montre pas Marc à la recherche de ce passé, mais bien profitant du présent: le roman multiplie les scènes de familles sans aucune particularité, tranche de vie aussi banale que réconfortante. Les petites filles, ignorantes complètement du drame que le père est en train de se constituer, sont particulièrement attachante à s’ébrouer là en toute innocence, pendant que Marc scrute Hélène pour essayer de la comprendre comme il n’a jamais tenté de le faire auparavant.
Quant à Hélène, elle nous restera mystérieuse du début à la fin. Même quand Marc multiplie les maladresses ou se comporte avec suspiscion, elle reste soigneusement inaccessible. Le regard de Marc, comme le notre, glisse sur elle, avec une familière habitude qui se confond avec de la distance parfois. Il est difficile de décrire la virtuosité avec laquelle nous est décrite cette vie de couple, où cette attitude languissante peut à la fois être une parfaite harmonie comme un écart grandissant. C’est donc une très jolie histoire qui, sous un prétexte romanesque, nous plonge dans une belle histoire d’amour, moins romantique, moins passionnée, mais non moins émouvante.

La note de Mélu:

Note 4

Une jolie découverte!

Un mot sur l’auteur: Lionel Duroy (né en 1949) est un auteur et journaliste français.