joséphine impératriceMartinique, 1773. Une jeune fille court dans la campagne, vit au soleil, avec ses deux soeurs et ses parents. La famille est noble, mais les moeurs dans les îles sont plus relâchées, et la jeune Rose vit en harmonie avec les domestiques. Elle apprécie tout particulièrement le petit Agathon, fils bâtard de son père et de la responsable des domestiques, de six ans son cadet. Les enfants jouent au soleil et vivent heureux, tout en rêvant de Paris où l’on fait, dit-on, des fêtes somptueuses dans des tenues de rêve. Les jeunes filles, pourtant, grandissent, et on entend bientôt parler de demande en mariage, de la part d’Alexandre de Beauharnais. La jeune Rose doit donc quitter son île pour un interminable voyage vers la France. Mais avec elle, elle emmène le petit Agathon, qui ne devra jamais la quitter ni se départir de son dévouement et de son attachement à sa jeune maîtresse. Et voici comment arriva à Paris celle qui deviendra, des années plus tard, Joséphine, épouse de Napoléon Ier et impératrice des Français.

Je dois avouer que j’étais sceptique: pourquoi faut-il que ce soient des auteurs japonais qui mettent en lumière l’histoire de France? Mais bon. Mettons notre rigueur historique et chauvine de côté et savourons ce petit manga joliment romancé. Toute l’histoire est racontée du point de vue d’Agathon, ce témoin anonyme au regard innocent, dans l’ombre de la grande histoire future. Tout est fait pour faire de lui un oublié: le fils bâtard du maître de maison avec un domestique a donc des liens du sang avec ces nobles dont il observe le train de vie avec curiosité. C’est touchant de le voir passer de compagnon de jeu à domestique lui-même, et c’est un crève-coeur de voir cet enfant aux joues rondes et aux boucles fournies se mettre à appeler Rose “madame” et lui rappeler qu’elle ne doit pas être trop familière avec lui.
C’est aussi très intéressant de suivre son avis sur la société noble dont le caractère corseté est exacerbé dès qu’il débarque à Paris. En effet, avant même son mariage, le futur époux fait preuve de son infidélité et l’amour ne semble que bien peu compatible avec le mariage pour ces gens de la haute. Y a-t-il un couple qui ne soit pas artificiel? Le fossé entre les classes, que l’origine insulaire de Rose tendait à réduire, se creuse de façon très cruelle. Ce manga réussit donc à poser quelques questions et ne se contente pas de dresser un portrait touchant à la Sissi Impératrice, même si on en est parfois pas loin.
Pour ce qui est de Rose, la future impératrice, et de son histoire, il faut avouer que l’auteur a su retrouver des petits détails romanesques et les exploiter, comme le fait que son prénom d’impératrice lui ait été donné par Napoléon et ne soit pas celui qu’on lui donnait dans sa jeunesse, ou encore cette fameuse voyante qui lui prédit qu’elle deviendra “plus qu’une reine”. L’ensemble a un petit côté romance historique douce et florale, accentué par les dessins qui ont la candeur des animés de notre enfance, ressemblant beaucoup à Candy par exemple.

La note de Mélu:

Note 4

Un joli divertissement historique. Merci à Babelio pour cette découverte!

 

Un mot sur les auteures: Kaoru Ochiai signe le scénario et Yumiko Ishigari s’est chargé des dessins.

challenge petit bac

catégorie “prénom”