les archives de la police scientifique françaiseAu début du XXième siècle, la recherche des criminels s’effectue encore majoritairement par croisement de témoignages et obtention d’aveux. La hausse de la criminalité est pourtant une préoccupation majeure des Français. C’est l’époque de bandes organisées redoutables et médiatiques, et des Brigades du Tigre de Clémenceau. Un jeune commis à la police, Bertillon, va alors tâtonner dans une nouvelle direction. Afin de faciliter l’identification de criminels, et notamment de récidivistes, il a l’idée d’en conserver un signalement extrêmement précis à base de mesures scientifiques, anthropologiques et de photos très soigneusement codifiées, jusqu’aux empreintes de pieds et de doigts. Il croise vite le chemin d’Edmond Locard, un scientifique passionné par l’identification criminelle, à qui l’on va confier un minuscule local sous les toits à Lyon pour continuer ses recherches. Le premier laboratoire de police scientifique français est né.

Ce livre porte finalement assez mal son titre: plutôt que les archives de la police scientifique des origine à nos jours, il en évoque plutôt la naissance et l’installation autour du personnage d’Edmond Locard. Le résultat n’en est pas moins bluffant, puisqu’on plonge réellement dans l’histoire. Ces techniques scientifiques qui nous paraissent si communes et si naturelles tant elles sont exploitées à la télévision, sont ici confrontées à un long parcours du combattant pour se faire reconnaître malgré leurs succès. On découvre ainsi à quel point il a été laborieux pour Locard, ses élèves et ses amis, de travailler dans un tout petit local parce que sa technique était longtemps considéré comme marginale.
En revanche, mon petit regret concerne l’organisation. Le livre se fonde beaucoup sur les portraits des protagonistes. Parfois, il évoque les affaires dans lesquels Locard et ses collègues se sont distingués, mais il le font beaucoup trop rapidement à mon goût. J’aurais aimé que l’on passe plus de temps à m’expliquer comment et grâce à quelle technique telle ou telle affaire a été résolue, et un peu moins sur les événements mondains, intellectuels ou personnels des scientifiques qui m’ont semblé des digressions inutiles.
Mais le gros point fort de ce livre reste son aspect: il est magnifique. En grand format album, il propose, en pleine page, des reproductions d’articles de journaux, de dossiers anthropométriques, de photos d’archives. Ces documents ont quelque chose de très émouvant et c’est réellement fascinant de pouvoir accéder ainsi à de tels trésors pour l’histoire. On a l’impression d’être convié à l’ouverture d’un placard à secret.

La note de Mélu:

Note 4

Un très beau cadeau!

Un mot sur l’auteur: Gérard Chauvy (né en 1952) est un historien et journaliste français.