SenneferNous sommes au XVième siècle avant notre ère. Sennefer est un jeune scribe prometteur, mais qui souffre de la mauvaise réputation de son père. Ainsi, on n’hésite pas à le renvoyer de son poste pour confier sa tâche à un pistonné, pour le placer à la comptabilité du port fluvial de Ouaset. Malgré l’ennui et la honte, il est s’acquitte de son devoir avec beaucoup de sérieux. C’est pourquoi il remarque que lors du déchargement du bateau Le Regard de Maât, une caisse a disparu. Son sens de la rigueur est mis à mal et il décide de remonter la piste de cette mystérieuse caisse. Avec l’aide de son ami Pahy, ancien militaire et fêtard accompli, il s’introduit dans les tavernes où les marins, contrebandiers et autres gens peu fréquentables passent leurs nuits pour retrouver le capitaine du bateau négligent. Pourquoi a-t-il livré sa caisse chez les embaumeurs? Que pouvait-elle bien contenir pour que même les prêtres les plus hauts placés veuillent lui dissimuler son existence?

J’ai été séduite par la magnifique couverture de ce livre et parce qu’il y avait bien longtemps que je n’avais pas lu de roman portant sur l’Egypte ancienne, je me suis laissée tenter. J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire au départ, mais ce n’est pas forcément la faute du roman: j’étais dans une période peu propice à la concentration. Néanmoins, il vaut mieux s’accrocher un peu au départ pour bien saisir toutes les subtilités économiques, politiques et sociales que l’auteur prend la peine de nous remettre en place, et ce, tout le long du roman. Le souci réaliste et historique est particulièrement marqué. Heureusement, un glossaire à la fin du livre vous sera d’un précieux appui.
Passé cela, je me suis totalement plongée dans l’histoire. On suit l’enquête avec d’autant plus d’intérêt qu’elle oblige Sennefer à forcer les portes des mystères de l’Egypte, tout comme elle l’oblige à plonger dans ses bas-fonds, pour notre plus grand plaisir. On redécouvre une Egypte moins enchanteresse qu’on avait l’habitude de la voir, mais bien plus complexe, bien plus subtile. J’ai beaucoup aimé découvrir des aspects moins stéréotypés, moins classiques que ceux auxquels j’étais habituée. Ici, on plonge dans les intrigues politiques de la conquête égyptienne, particulièrement virulente  après le règne si singulier de la pharaonne Hatchepsout. On plonge également dans les camps militaires, au coeur du désert. L’ambiance égyptienne est donc moins “touristique” que je ne le pensais et ça m’a beaucoup plu.

La note de Mélu:

Note 4

Malgré la complexité, un excellent roman. Un énorme merci aux éditions nouvel angle pour cette belle découverte.

Un mot sur l’auteur: Cédric Chaillol  est un romancier francophone.

challenge petit bac

catégorie “sentiment”