L-ombre-d-un-ecrivainMarc est écrivain. Du moins il essaye de l’être. Il rêve d’écrire LE roman qui se retrouvera en tête de gondole de toutes les librairies, LA sublime histoire d’amour qui fera rêver des millions de lectrices. Il a d’ailleurs déjà toute l’intrigue en tête. Mais rien à faire: dès qu’il commence un chapitre, ça dérape. Et c’est pire encore lorsqu’il cherche à écrire LA scène d’amour du livre: tout finit toujours par partir en vrille, et lorsque ce n’est pas Elle qui pique une crise de nerfs à cause des cafards dans l’hôtel, c’est Lui qui se fait enlever par des terroristes. Il se lamente autour d’un verre de vin blanc chez sa voisine Condie Raïs, une vieille dame qui vit seule avec ses psychopathes de chats. Alors elle lui propose un étonnant marché. Ailleurs, Isabelle n’en peut plus: son supérieur, persuadé de lui faire plaisir, lui offre les romans de Marc Mussaut, l’auteur sentimentalo-commercial le plus à la mode du moment. Du roman de gare pour elle, qui ne jure que par Bukowski et Fante. Elle craint d’avoir des problèmes si elle refuse ces présents, mais elle ne peut se résoudre à s’en infliger la lecture. Commence alors un bras de fer littéraire orchestré en coulisse par une certaine… Condie Raïs.

Le début de ce roman est un régal. Chaque nouvelle tentative d’écriture de Marc m’a fait partir dans des fou-rires incontrôlables tant j’ai adoré voir se casser la figure les scènes d’amour stéréotypées au possible qu’il aligne les unes après les autres. Quant à l’histoire d’Isabelle, elle est elle aussi cocasse et piquante à souhait. Ah, tu m’offres un Marc Mussaut? Essaye donc un John Fante! La lutte est acharnée, et l’issue du combat est aussi prévisible qu’hilarante. Le ton est donné: ce roman est écrit avec une plume bien pointue qui n’hésite pas à aller jusqu’au bout tant dans la niaiserie de l’un que dans l’intellectualisme abstrait de l’autre. La confrontation entre les extrêmes littéraires fait des étincelles et c’est réellement jouissif.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là: autour de Condie Raïs, Marc et Isabelle vont bien entendu se rencontrer. Car Marc a grand besoin d’être coaché: il ne veut pas écrire, il veut vendre! Autrement dit, il n’a rien compris à la littérature. Et si Isabelle pouvait lui réexpliquer quelques bases? Le duo part dans des aventures intellectuelles et matérielles aussi inattendues que tordantes pour un final explosif. Et là où c’est fort, c’est que, conformément à ce qu’il promeut, ce livre ne vous fournira pas les fins heureuses telles que vous les espérez  dans un roman, et vous emmènera là où vous ne vous y attendez pas. Susceptibles s’abstenir néanmoins: le livre ne fait aucune concession à la littérature dite commerciale et ses adeptes. A prendre donc avec une bonne dose de second degré, quel que soit votre camp!

La note de Mélu:

Note 5

Excellent et incisif.

Un mot sur l’auteur: Condie Raïs est une auteure française qui partage son temps entre ses livres, le vin blanc australien et ses chats siamois. Plus d’infos sur sa page facebook. D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

C2H4O2