le 13 heures réclame le rougeAprès avoir découvert le secret d’Eulalie Corne, son ancêtre, et de son trésor, le capitaine Aiglefin embarque en direction de la Russie. Il emmène bien sûr avec lui son ami Saint-Tin. Le professeur Margarine s’incruste également : le bateau d’Eulalie Corne aurait sombré dans le lac Baïkal, le lac le plus profond du monde qui regorge de créatures inconnues, une aubaine pour le cryptozoologiste! Lorsque les policiers Yin et Yang lui apprennent qu’il est imprudent de partir alors que son ennemi, le Rasta Populiste, vient de s’évader de prison, ils offrent aussitôt de l’accompagner pour garantir sa sécurité. Le seul à ne pas être emballé est Lou: le perroquet en a assez des aventures mouvementées de son maitre et ne veut plus mettre en danger ses plumes et son talent de poète. Finalement, toute la petite équipe se retrouve sur le bateau, en pleine tempête. Mais la traversée n’est pas de tout repos: le capitaine a tenu a emmener toutes ses caisses de vodka. D’ailleurs, à la barre, il semble incapable de concilier orientation et boisson. Leur objectif: l’île d’Olkhon. Mais sur l'île, la population redoute le mystérieux Pope Corne.

Vous aurez bien sûr reconnu la parodie de l’album de Tintin “Le Trésor de Rackham-le-Rouge”. Tous les éléments sont là: la carte au trésor de l’ancêtre a livré ses secrets et il s’agit de retrouver l’épave et son trésor. Sauf qu’ici, l’obsession du capitaine pour la boisson devient l’occasion de toutes sortes de blagues et de comportements hilarants. Il est cocasse de voir le capitaine craindre de manquer de vodka en Russie! De la même manière, on retrouve non pas les drôles d’inventions de Tournesol mais les drôles de bestioles de Margarine, en l’occurrence une étrange créature qui a une façon bien à elle de s’en prendre à ses proies. Même le dénouement reprend la structure originale, avec ses propres éléments bien sûr, et je reste impressionnée par la manière dont cette parodie a été conçue.
Je me suis beaucoup attachée aux personnages. Encore une fois, le malheureux Saint-Tin, descendant de l’illustre reporter Belge, doit composer avec la drôle d’équipe qui l’entoure. Le capitaine Aiglefin est bien sur un régal, pas si éloigné de son modèle et le professeur Margarine, génie beaucoup trop distrait, se transforme en savant fou. Les jeux de mots sont légions, les retournements de situation rocambolesque se multiplient. Heureusement que l’histoire est plutôt simple à suivre sans quoi j’en aurai raté quelque chose pour être sûre de ne pas rater un calembour.

La note de Mélu:

Note 5

Un bon roman à boire!

Un mot sur l'auteur: Gordon Zola est un auteur spécialisé dans le roman humoristique. Il mène notamment la série des enquêtes du Commissaire Suitaume et celle des aventures de Saint-Tin. D’autres de ses œuvres sur Ma Bouquinerie:

qui veut la peau de Marc Lévy  parasites artificiels  doigt light  mozart est là  la dérive des incontinents train-train au congo

challenge petit bac

catégorie “couleur”