La-Baronne-des-Monts-NoirsPour échapper au massacre d’un village, une jeune moniale enceinte s’enfuit dans la forêt. Elle porte dans ses entrailles le fruit d’un viol perpétré lors d’un sabbat satanique, et d’ailleurs, lorsqu’elle accouche, c’est d’un oeuf. Horrifiée, elle fuit, laissant là cet oeuf dont naît bientôt une petite fille. Un vieil ermite, Siméon, qui vit non loin de là, décide de prendre sous son aile la petite Flore. Elle grandit, en osmose avec la forêt qui est son temple autant que son amie. Bientôt, c’est une jolie jeune fille de quatorze ans qui arpente les Monts-Noirs du Morvan. Lors d’une de ses promenades, elle est alors témoin d’une scène épouvantable: une monstrueuse créature, une femme à la tête et aux serres de rapace, se livre à des crimes sanglants dans les Monts-Noirs. Siméon lui révèle alors à demi-mot l’histoire de ses origines et ses liens éventuels avec la maléfique baronne qui tient sous sa coupe le couvent de Sainte-Radegonde. Flore décide d’en savoir plus, mais bientôt, c’est sur ses seules épaules frêles que va reposer la lourde tâche de mettre fin au règne sanglant de la Baronne des Monts-Noirs. Pour cela, elle part au bout du monde, jusqu’en Terre Sainte, et pour y parvenir, rien de mieux que de se joindre à la deuxième croisade et à ses séduisants chevaliers.

Comme à chaque fois que l’on entre dans un roman de Céline Guillaume, on pénètre dans un monde où les mots teintent d'une magie étonnante le moindre paysage. Onirique et hors du temps, la prose ciselée transforme les Monts-Noirs du Morvan en univers vivant et magique: “Les chênes se remplumaient de feuilles émeraudes, les bouleaux aux troncs blancs immaculés étaient nimbés d’or qu’ils renvoyaient au ciel encore gris et les charmes s’enveloppaient de leurs ramées fripées bruissantes sous le vent d’Ouest déjà frisquet.” Ces mots savent rendre au Morvan tout son mystère, toute sa magie, et en faire une terre pétrie de fantastique où n’importe quel miracle peut se produire.
Justement, l’héroïne elle-même est une étrange créature, née du Mal pour le combattre, qui tire de cette nature même sa force. Flore est une jeune fille insouciante qui prend peu à peu conscience des horreurs qui l’entourent et qui assume avec détermination une difficile mission, mais j’ai trouvé dommage que ses origines et ce qu’elles impliquent ne soient pas plus largement exploitées. Sa relation avec Siméon, son mentor et substitut de père, m’a beaucoup touchée. Mais j’ai surtout beaucoup aimé le chevalier Albéric de Savigny, qui regarde à peine au départ cette insignifiante jeune fille qui souhaite absolument laver le linge des chevaliers en échange de leur escorte, et qui peu à peu se laisse gagner par cette personnalité forte. Mais pour autant, il ne devient pas le gentil héros chevalier servant mais reste bien un guerrier, prêt à tuer, parfois une brute, sans que Flore parvienne à se l’expliquer. J’ai adoré le cheminement des croisés, la découverte de la Terre Sainte et la vie quotidienne de ces hommes pendant leur périple, période de l’histoire que je connais peu et que j’aime à découvrir par ces petites touches.
Quant à la baronne, elle fait réellement froid dans le dos: déversant sa colère et sa cruauté sur les innocentes moniales, s’entourant d’une progéniture aussi difforme que néfaste, elle se livre aux viols et aux tortures avec délectation. Je suis épatée par la manière dont la langue soignée et aérienne de Céline Guillaume parvient à se poser sur des scènes aussi horribles. J’ai tout particulièrement aimé sa traque de Flore à l’autre bout du monde et les sortilèges dont elle use pour la détruire coûte que coûte et qui nous plongent, pour certaines scènes, dans un véritable roman d’horreur.

La note de Mélu:

Note 4

Un bon moment et toujours aussi plaisant à lire.

Un mot sur l’auteur: Céline Guillaume est une auteure française, originaire de Bourgogne, passionnée d’histoire médiévale, que vous pouvez retrouver sur son site internet. D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

le ballet des âmes  litanie_des_anges_celine_guillaume_lokomodo  le-serment-de-cassandra

challenge petit bac

catégorie “couleur”