Cette semaine, retour aux préraphaélites : John William Waterhouse (1849-1917) est un peintre britannique qui rencontre un succès certain sur les blogs de littérature. Voici le tableau La Boule de Cristal:

waterhouse197

Cet intérieur médiéval a de quoi séduire les amateurs d’histoires fantastiques et historiques. Les boiseries monacales, le chandelier, le lourd manuscrits, la baguette et la boule de cristal dans les mains de la protagoniste dressent une impression tenace d’être face à une enchanteresse directement sortie de nos contes, et la luxueuse robe rouge à longues manches pendantes n’y est pas étrangère (je rêverais de porter cette robe). Bien au milieu, cette haute silhouette d’un rouge profond a quelque chose de magique à elle seule. Très académique, très lisible, ce tableau bien rempli a pourtant su m’intriguer. D’abord parce qu’il est composé de couleurs chaudes et d’une belle luminosité qui le rendent vraiment beau. Mais surtout pour cette petite boule de cristal. Elle est bien cachée dans le tableau, presque invisible, camouflée par la flamboyante robe de la jeune femme. Et pourtant, elle est bien au centre de la toile, toute petite, comme si il fallait la chercher. Comme si il fallait que le spectateur lui aussi scrute cette boule de cristal pour l’apercevoir d’abord et y voir quelque chose ensuite.

Qu’en pensez-vous?