Les deux messieurs de BruxellesL’amour dans tous ses drôles d’états…
Geneviève est plus que surprise lorsqu’elle apprend qu’elle est l’unique héritière d’un homme qu’elle ne connaît pas. Un certain Jean… qui, très longtemps auparavant, a assisté secrètement à son mariage avec Laurent. Jean et Laurent ont vécu ce mariage par procuration et depuis, ce couple heureux mais clandestin a toujours gardé un oeil attendri sur Geneviève, de loin, dans ses déboires avec son mari et ses enfants.
Le vieux docteur ne jure que par son chien, un Beauceron nommé Argos, dernier d’une lignée de Beaucerons nommés Argos. Les hommes par contre ne l’intéressent guère, lui qui a pourtant fait le choix d’un métier où on les dorlote. Il a même été un inconnu pour sa propre fille, lui qui curieusement, se donne la mort quelques jours après que son chien ait été percuté par un camion.
Constance, lorsqu’elle rencontre le baron Von Nissen, pense refaire sa vie plus calmement qu’avec le musicien dépravé qui a été son premier mari. Mais sous ce calme, son compagnon ne cesse de faire l’éloge de l’artiste, et l’intérêt du nouveau mari pour son prédécesseur ne cesse d’augmenter.
Alba a bien du mal à comprendre son fils adolescent qui ne quitte pas sa chambre, elle qui s’occupe comme une mère de son neveu Jonas. Mais sans une greffe de coeur, Jonas est condamné. Or, en Islande, on est encore plus isolé et les chances sont rares, d’autant plus lorsqu’un volcan se réveille et coupe l’île du reste du monde.
Un couple parfait, sportif, carrières à succès... Lorsque le temps qui passe leur suggère d'avoir un enfant, ils pensent le réussir, comme le reste. Mais les examens médicaux révèlent que leur bébé risque de gros problèmes de santé, ils ne se sentent plus tellement de taille à l'affronter.

Je ne connaissais d’Eric-Emmanuel Schmitt que la lecture d’Oscar et la dame rose et quelques interview. J’ai retrouvé dans ces histoires sa capacité à créer des histoires si banales et pourtant si profondément touchantes. Car il arrive à mêler l’émotion la plus sincère, la plus intense, avec une étonnante fantaisie et originalité. Qui aurait cru que ce couple d’hommes, si simple, si amoureux, voie son histoire si étroitement mêlée à celle de Geneviève par le simple hasard d’avoir voulu lui voler clandestinement sa messe de mariage? Qui aurait cru qu’un simple chien redonne foi en l’humanité à un homme qui a vécu la pire des horreurs sans pouvoir s’en livrer à quiconque? Les sujets sont aussi variés que surprenants et touchent autant à l’histoire commune qu’au débats de sociétés brûlants ou aux horizons lointains inattendus. C’est avec beaucoup de malice que l’auteur va chercher les histoires avec lesquelles il arrive à nous surprendre, et qu’il nous les raconte lui-même. Encore une fois, je suis surprise par la qualité des éditions Audiolib: la lecture faite par l’auteur est un véritable conte, il incarne l’histoire à merveille avec cette étincelle d’espièglerie et cette émotion permanente, sans parler des bruitages ou effets sonores qui l’accompagne volontiers. La forme courte des histoire permet de plus de vraiment les apprécier sans avoir l’impression d’y être depuis douze heures.

La note de Mélu:

Note 5

Un excellent moment d’écoute et de détente. Un immense merci aux éditions Nouveau_logo_fond_transparent!

Un mot sur l’auteur: Eric-Emmanuel Schmitt (né en 1960) est un auteur français. D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

oscar et la dame rose

challenge petit bac

catégorie “lieu”