Le SigneLe petite marquise de Rennedon dort tranquillement, elle qui n’a plus d’homme à supporter dans son lit depuis son divorce, lorsque débarque chez elle, toute affolée, toute échevelée son amie la baronne de Grangerie: il lui arrive une chose horrible. La veille, elle se divertissait, comme souvent, de regarder depuis sa fenêtre passer les gens dans la rue Saint-Lazare, s’émerveillant de tant de vie et d’activité. Elle remarque alors, en face, une femme à sa fenêtre, tout comme elle, une voisine qu’elle ne connaît pas. Une femme en rouge. Une femme à la vertu discutable… D’abord choquée, elle s’amuse de voir le manège de cette femme chez qui les hommes montent sans avoir été invités, devinant presque instinctivement qu’ils peuvent entrer. Comment fait-elle? Elle l’observe attentivement et se rend compte qu’elle a en réalité un signe, un très discret signe de tête par lequel les hommes comprennent qu’ils sont encouragés à monter chez elle. Curieuse, la baronne s’amuse à reproduire ce signe dans le miroir. Elle ne s’en sort pas si mal! Et si elle essayait pour de vrai? Faut-il être du métier pour parvenir à faire correctement ce signe de manière à être comprise des hommes qui passent dans la rue? La voilà qui retourne à sa fenêtre, prise d’une irrépressible curiosité…

Aaaaaah l’éternelle fascination de Maupassant pour les prostituées! Il est encore une fois si simple de se rendre compte que les femmes les envient, les admirent pour leur liberté et leur adresse, sans oser ouvertement les imiter. En bon naturaliste, il montre avec cynisme et cruauté que toute femme, même la plus pudique, même la plus respectable, cache une prostituée chevronnée en elle. Quelle candeur que cette petite baronne terrifiée d’avoir à gérer ce que sa nature de femme l’a poussée à faire! Car ce qui la gêne, c’est d’être prise pour une prostituée, mais pas d’agir comme elle. A plusieurs reprises, la baronne comme la marquise soulignent ce luxe de pouvoir choisir, au hasard, un homme qui leur plaît, et le congédier vingt minutes plus tard. La femme chasseresse, comparée à une araignée, est à la fois honnie, crainte et adulée. Un petit chef d’oeuvre de cynisme dont je ne me lasse pas.

Note 5

Ou comment hésiter entre modernité féministe et misogynie assumée.

Un mot sur l’auteur: Guy de Maupassant (1850-1893) est un auteur français naturaliste, à la vie dissolue, célèbre pour ses contes et nouvelles. D’autres de ses livres sur Ma Bouquinerie:

une-vie  Le Horla  contes de la bécasse  Contes grivois boule de suif   

 bel ami couv   pierre et jean