Cette semaine, place à une nature morte qui m'intrigue toujours, signé Edouard Manet (1832-1883). Voici l'asperge:

  manet_asperge_orsay

 

L'histoire de ce tableau est bien connue. En 1880, Manet vend à un collectionneur ce tableau pour la somme de 800 francs.

 717px_Edouard_Manet_Botte_asperges

Celui-ci lui fait cependant parvenir 1000 francs. Manet peint alors une asperge seule supplémentaire et la lui envoie avec un mot: "il manquait une asperge à votre botte".

Et il faut dire que cette asperge intrigue. Ce n'est pas un sujet classique des natures mortes. De plus, cette asperge unique est cadrée en très gros plan, ce qui lui donne une importance surprenante. Que fait-elle là, posée sur le bord de la table, dans un décor si épuré? Elle est parfaitement assortie à son décor: son beige qui tire sur le jaune se fond avec le beige tirant sur le brun de la table: ton sur ton. Alors qu'elle semble abandonnée là, cette asperge est mise en scène comme s'il s'agissait d'un sujet noble, comme un nu posé sur un lit. Certains ont fait remarquer qu'elle avait le même cadrage et la même position que la célèbre Olympia... Regardez d'ailleurs comme sa tête se redresse sur la gauche. Quand on sait que l'asperge est réputée pour être un légume aphrodisiaque...

Qu'en pensez-vous?