25 0270 6-Boite13,5_2cd_Meurtre.inddLors de sa garden party, Vivek Rai, dit Vicky, a été assassiné. Pas moins de six personnes sont suspectées, car ils portaient une arme sur eux pendant la fête. Il faut dire que Vicky Rai avait de quoi se faire des ennemis: fils d’un ministre de l’intérieur véreux, lui-même richissime industriel et producteur de cinéma, il venait d’être acquitté du meurtre d’une jeune femme, alors que tout le monde le sait coupable et qu’il ne doit sa liberté qu’à l’influence de son père. Un journaliste d’investigation mène l’enquête. Alors, qui a tué Vicky Rai? Serait-ce Muhan Kumar, l’homme d’affaire possédé par l’esprit du Mahatma Gandhi, et qui se conduit tantôt en riche égoïste, tantôt en sage humaniste? Serait-ce Shabnam Saxena, la sublime actrice de Bollywood? Serait-ce Larry Page, homonyme du créateur de Google mais qui n’est qu’un cariste texan, en route pour l’Inde pour épouser une jolie femme qui ressemble étrangement à Shabnam Saxena? Serait-ce Mouna, le petit voleur de portable qui réussit à subtiliser une valise pleine de billets à des trafiquants? Ou encore Ekiti, l’aborigène noire débarqué de son île pour récupérer une statuette sacrée volée à son peuple? Et s’il s’agissait du propre père de Vicky, Jaganat Rai, ministre ambitieux mais lassé des frasques de son fils? Etn non moins important: que faisaient-ils tous, armés, à la fête de Vicky et pourquoi auraient-ils voulu le tuer?

Si le scénario de ce roman ressemble à un huis-clos policier, n’en attendez pas trop de ce domaine-là. Certes, j’étais impatiente de savoir qui avait tué Vicky, mais plus encore de savoir par quel drôle de hasard des personnes si différentes se sont retrouvées à une fête de la jet set indienne dans l’intention d’assassiner leur hôte. Dans une première partie, on nous présente en effet ces personnages, on passe des bidonvilles, leur crasse, leur gangsters, leurs larcins, aux paparazzi et aux soirées mondaines. Le portrait de l’Inde est sévère, puisque même les plus hautes classes de la société ne recèlent que des voleurs, des tueurs, des maris qui passent plus de temps chez leur maîtresse que chez leur femme. Celai aurait pu sembler caricatural et bien-pensant (les pauvres sont gentils, les riches sont pourris…) mais le personnage de Shabnam Saxena tempère un peu ce manichéisme, et elle qui sort des quartiers pauvres pour gagner le haut de l’affiche. Ce qui m’a surtout plu, c’est que les aventures de ces personnages sont toutes plus abracadabrantesques les unes que les autres, et ils finissent volontiers en prison, capturés par des fanatiques religieux ou encore voyant leur identité usurpée. Et plus surprenant encore, comme on l’apprend dans une deuxième partie consacrée aux mobiles, bon nombre d’entre eux avaient une réelle volonté de tuer Vicky Rai. Moins que l’issue, c’est donc le parcours qui m’a fascinée dans cette histoire, avec une mention spéciale pour le langage plus que fleuri de l’Américain et ses expressions toujours plus imagées!

Pour rendre tous ces personnages si différents dans un livre audio, il fallait un lecteur virtuose. Emmanuel Dekoninck relève le défi haut la main: les nuances de ton parviennent à donner une réelle identité à chaque personnage, ce qui est d’autant plus sensible dans des passages racontés à la troisième personne (celle de Shabnam Saxena) ou dans ceux constitués uniquement de conversations téléphoniques (celles de Jaganat Rai). La lecture est donc très vivante et agréable, d’autant plus qu’elle est soulignée par les quelques bruitages comme les sonneries de téléphones, les Jingle des flashs d’information ou encore la petite musique bollywood qui ponctue les changements de chapitre. La qualité de l’édition audio est donc indéniable et sait apporter un véritable plus au texte de Vikas Swarup, au point que j’aurais même aimé qu’elle aille plus loin, dans les bruitages ou les effets de voix. Un vrai plaisir d’écouter par petits morceaux, dans la voiture, cette histoire superbement contée, voire interprétée.

La note de Mélu:

Note 5

Un roman dépaysant et plein de surprise, et une écoute à la hauteur de ses promesses! Un grand merci aux éditions Nouveau logo fond transparent pour ce superbe partenariat!

Titre original : Six Suspects (traduit de l’anglais)

Un mot sur l’auteur: Vikas Swarup (né en 1963) est un écrivain et diplomate indien, qui écrit en Anglais. D’autres romans du même auteur sur Ma Bouquinerie:

slumdog_millionnaire

challenge petit bac

catégorie “lieu géographique”