apocalypsis 3Maximilian, dix-sept ans, richissime, supérieur, cynique, méprisant et désabusé. Issu d’une famille descendant de la bourgeoisie nazie, avec un père aussi détaché et perverti que violent, une mère évanescente aussi lisse que les pages de magazines sur lesquelles elle apparait et une sœur aînée aussi inculte que méchante, son univers trouve son équilibre en Silke, sa soeur jumelle adorée, aussi douce et aimante qu’il est dur et cinglant. Sans repère, il ne songe qu’à s’amuser et se faire remarquer, au grand dam de son oncle Uwe, prêtre directeur de l’école catholique privée dans laquelle on tente de lui faire réussir sa scolarité. C’est lorsqu’il s’aperçoit que ses proches se trompent de prénom ou semblent le prendre pour quelqu’un d’autre qu’il se rend compte que quelque chose ne va pas. Lui qui ne veut que plaire et séduire, le voici le Cavalier de l’envie, de la faim qu’il peut inspirer aux autres et qui les poussera aux pires extrémités.

J’avais hâte de découvrir un autre cavalier. Celui-ci est peut-être jusque là mon préféré. Que voulez-vous? J’adore les personnages de salaud. Ici, Max en est un qui s’assume. A quoi sert d’avoir l’estime des autres lorsqu’on peut l’acheter? L’auteur parvient avec virtuosité à dessiner toute une société qui se donne des airs de perfection et de civilité tout en multipliant les sujets de haines, de rancoeur, de dégoût. Inceste, viol, maltraitance, infirmités, sont autant de sujets tabous qui se dissimulent derrière les coiffures bien lissées et les soutanes d’église. Sans parler d’une forme d’esclavage moderne, avec l’exploitation pure et simple d’un petit personnel dont on va jusqu’à faire changer le nom pour qu’il soit celui d’une pure nanny anglaise ou d’un chien de garde. L’annonce d’être un chevalier du Mal ne va rien arranger: déjà persuadé de n’être qu’un produit du mal qui ne fait que le mal, Max fait un Cavalier Noir redoutable, fascinant et tout-puissant. Chapeau donc pour ce personnage à la nouvelle facette qui me rend encore plus impatiente de découvrir la personnalité du quatrième membre de l’équipe et surtout, leur réunion.

La note de Mélu:

Note 5

Superbe! Un grand bravo à Eli Esseriam, un immense merci aux éditions nouvel angle pour cette magnifique aventure, ainsi qu’un bravo pour les nouvelles jaquettes des couvertures qui sont sublimes.

Un mot sur l’auteur: Eli Esseriam, infirmière de formation, est une auteur française. Retrouvez ses deux autres cavaliers sur Ma Bouquinerie:

apocalypsis_1 apocalypsis edo

challenge petit bac

catégorie “couleur”