la dernière des salles obscuresRaoul Rosensztroch, producteur de cinéma, a quatre-vingt dix-sept ans, un fauteuil roulant et un caractère plutôt acariâtre. Le voici à Prague avec Thomas, un jeune réalisateur, et sa compagne qui ne supporte plus ses caprices. Un soir, alors qu’il a poussé un peu loin, il rentre seul à son hôtel… et c’est l’accident. Raoul meurt sur le coup. Alors que l’enquête est ouverte, Thomas découvre alors des feuillets, noircis par le vieil homme. Une autobiographie? Thomas découvre alors la vie de Raoul, né prématurément dans une salle du cinéma, dont les premières images du monde étaient l’écran éclairé par le projecteur. Encore enfant, il assiste à la projection des premiers films de Méliès, et rêve lui aussi de produire cette émotion unique sur les gens. Commence alors une existence qui traverse tout le siècle, au rythme des pellicules de film.

Le dessin soigné, réaliste et cru de cette bande-dessinée m’a bluffée. A la manière d’une rétrospective, il nous plonge dans la vie aventureuse de Raoul, dont l’histoire personnelle va suivre la grande histoire. On vit ses premiers succès, les actrices faciles et les nuits folles. On vit avec lui la première utilisation documentaire des caméras dans les tranchées de la grande guerre, et l’horreur pure inscrite sur les pellicules. Sera-t-il réquisitionné par les nazis, comme tant d’autres? Arrivera-t-il à tuer Hitler comme il en a l’intention? Sera-t-il un héros? Restera-t-il dans l’ombre, derrière la caméra? Qui est réellement Raoul Rosensztroch, ce vieux sadique en fauteuil roulant qui arpentait Prague à la recherche de ses souvenirs? Car si l’on part de l’histoire du cinéma, on rejoint ensuite la grande histoire universelle, pour partir vers l’histoire récente plus sensible, des lieux où les blessures ne sont pas refermées.

La note de Mélu:

Note 5

Un oeil sur le monde à la fois touchant et amer et un bel hommage au cinéma.

Un mot sur les auteurs: Paul Gillon (1926-2011) signe les superbes dessins de cette bande-dessinée, à la fin de sa vie. C’est d’ailleurs en son hommage après sa disparition qu’est parue la version intégrale, accompagnée d’un dossier. Denis Lapière (né en 1958) s’est chargé du scénario. D’autres bande-dessinées du même auteur sur Ma Bouquinerie:

page_noire

challenge petit bac

catégorie “sport/loisir”