filles de lune 5La guerre sur la Terre des Anciens est imminente, entre le sorcier Saül, qui s’est allié les services de la redoutable Wandeline, et les derniers défenseurs de la paix instaurée par Darius, rassemblés autour de Naïla la grande gardienne des Filles de Lune, dans la cité de Ramchad. Cruel, sans pitié, Saül ne recule devant rien, y compris à s’attaquer aux populations innocentes, aux femmes, aux enfants. Son but? Se constituer une armée de mancius, ces mutants réduits à l’état de semi-bêtes pour avoir tenté de traverser un passage entre les mondes à l’insu des Gardiennes. Pour cela, il n’hésite pas à envoyer de force des innocents à travers les passages. Mais les défenseurs de la paix sont divisés: Alix, le protecteur et amant de Naïla, n’est plus le même, il a du mal à contrôler les pulsions dominatrices que sa noire ascendance distille en lui, il devient imprévisible et s’isole. Le Sage Kaïn est formel: il faut l’empêcher de nuire avant qu’il ne devienne incontrôlable et ne se jette comme les autres dans une course impitoyable pour le pouvoir. Et si Naïla prend conscience que l’homme qu’elle aime est en train de disparaître, elle ne peut se résoudre à le traiter comme un ennemi. Au moment où la Terre des Anciens attend tellement d’elle, au moment où toutes les alliances se brisent et où chacun cherche à doubler les autres, elle ne peut pas laisser ses sentiments prendre le dessus.

En ouvrant le livre, il m’a fallu un peu de temps pour remettre tous les personnages secondaires en place. Face à cette difficulté, j’ai regretté que le glossaire des noms propres, qui était présent dans le tome 3, n’ait pas été reconduit dans les tomes 4 et 5, cela m’aurait aidé à m’y retrouver pour suivre qui était allié avec qui et qui avait tué qui. Passé une petite piqure de rappel, je me suis replongée dans l’histoire avec plaisir. Et surtout dans celle d’Alix, car dans cet ultime tome, le personnage principal, l’Héritier, c’est lui. Le dilemme qui l’assaille, l’esprit encore bien vivace de son diabolique ancêtre, sa schizophrénie grandissante, créent une ambiance lourde, de plus en plus tendue, une véritable intrigue dans l’intrigue, une véritable pépite. Cet Alix que l’on a connu valeureux, prêt à malmener Naïla pour mener à bien sa quête de paix, le bon côté des jumeaux ennemis, l’amoureux dévoué qui meurt si sa Fille de Lune meurt, le gentil ours au grand coeur, on a l’impression de le voir nous échapper en même temps qu’à Naïla et l’on ne peut se résoudre à le voir basculer peu à peu du côté obscur. Face à lui, côté méchant, c’est Saül qui a capté son attention, avec ses manigances pour obtenir ce qu’il veut, pour compléter son armée de mutants avant que Naïla n’ait complété son armée de Filles de Lune. Versatile et mystérieux, Saül fait froid dans le dos…
Vous l’aurez compris, l’ensemble repose davantage sur une tension qui s’exacerbe jusqu’aux différents coups d’éclats, qui selon moi auraient pu être davantage mis en valeur par un ton un peu moins égal. Pas facile de suivre une histoire qui, sans dialogue ou presque, consacre quelques lignes par-ci par-là à un personnage, puis un autre, en ne s’attachant que rarement à une action au complet et en multipliant les points de vue. On a donc du mal à se plonger franchement dans l’action, y compris dans les scènes de bataille pourtant très attendues.
Malgré ce détail de style, j’ai dévoré ce livre qui développe intelligemment bien des points mentionnés dans les précédents, comme la constitution particulière des Ybis, ces créatures qui n’ont qu’une moitié de corps, les mancius, les failles temporelles… Tous ces détails de l’univers créés par Elisabeth Tremblay, loin de jouer leur seul rôle descriptifs, viennent prendre une place à part entière dans l’action, pour le plus grand plaisir du lecteur. Parviendra-t-on à éliminer Saül? Faudra-t-il aussi éliminer Alix? Voilà tout l’enjeu de cette fin!

La note de Mélu:

Note 4

Une conclusion qui a su se renouveler sans décevoir.

Un mot sur l’auteur: Elisabeth Tremblay est une auteur québécoise, qui a signé les quatre tomes précédents. Et n’en déplaise aux amateurs, je trouve les couvertures originales québécoise tellement belles que je vous invite à cliquer dessus pour redécouvrir mes avis sur ces tomes.

Filles de Lune Tome 1, Naïla de Brume   Filles de Lune Tome 2, La Montagne aux Sacrifices   Filles de Lune Tome 3, Le Talisman de Maxandre  Filles de Lune Tome 4, Quête d'éternité

Et voici celle du tome 5:

Filles de lune Tome 5, L'héritier

Un immense merci aux éditions logo-editions-de-mortagne-185 pour m’avoir permis de découvrir cette magnifique série qui m’a définitivement réconciliée avec la Fantasy! Le monde de Naïla, ses pouvoirs et son entourage m’auront marqué pour longtemps!

etres surnaturels

catégorie “prêtresse”