les-roses-d-atacama_couvLe livre: A la recherche de la tombe d’Anne Frank, un narrateur réalise combien ils sont nombreux ces héros ordinaires, ces personnalités hors du commun qui sont passés sous silence. A ceux qu’il a croisé, il consacre un portrait. En toile de fond, on devine les grands maux modernes: les guerres des Balkans, les dictatures d’Amérique du Sud. Et devant eux, des personnages touchants, voire édifiants. Un pirate qui redistribue aux populations ce qu’il récupère sur l’impôt. Un trapéziste dont on a coupé les ailes lorsqu’on a arrêté son frère jumeau. Un homme qui conduit les bateaux trop fatigués dans un cimetière, leur dernière demeure. Un chien dont le maître meurt et que le village entier adopte. Un homme victime des expérimentations nazies déterminé à obtenir justice. Et tellement d’autres…

Il y en a une trentaine de ces histoires. Et dans chacune, le narrateur s’insurge, contre la violence, la morale catholique, le mépris, la guerre, le racisme, la stupidité humaine sous toutes ses formes. Mais aussi, il admire. Et dans chacune de ces histoires, même si l’on commence à se raidir d’indignation, voire d’horreur (j’ai un pincement au coeur en repensant à l’histoire où il décrit les ravages du tourisme maritime sur les baleines), on termine chacune d’entre elle sur un inexplicable mouvement d’élévation, une bouffée d’optimisme et de fierté devant celui, celle ou ceux qui n’ont pas flanché. Si j’ai eu, je dois l’avouer, un peu de mal à me plonger dans le rythme de ce recueil, dont les histoires ne sont parfois que des instantanées, instants de vie dans lesquels on ne rentre pas vraiment, sur lesquels on ne s’attarde pas, j’ai ensuite été happée par cette oscillation entre révolte et émerveillement.

La note de Mélu:

Note 4

Un grand merci à Lili Galipette pour m’avoir offert ce très beau livre!

Un mot sur l’auteur: j’ai découvert Luis Sepulveda avec Le Vieux qui lisait des romans d’amour. Une plume poétique et exotique.

challenge petit bac

catégorie “végétal”