le vol du corbeauL’auteur: Jean-Pierre Gibrat (né en 1954) est un auteur, scénariste et dessinateur de bande-dessinée français. Il a reçu le prix du dessin à Angoulême pour le tome 2 du Vol du corbeau.

Le livre: En 1944, Jeanne est jetée en prison après avoir été dénoncée pour contrebande. Problème: on a trouvé des armes chez elle. Normal: Jeanne fait partie d’un réseau de résistance, mais ça, elle ne le dira jamais. Alors que le policier se demande encore s’il va la garder ou la livrer à la police allemande, on amène dans la même cellule un cambrioleur cynique et désinvolte, François. Une alerte à la bombe envoie tous les policiers se réfugier à la cave: les deux prisonniers en profitent pour prendre la poudre d’escampette sur les toits de Paris. Dans ces acrobaties, Jeanne, exaspérée par les provocations de son compagnon, se foule la cheville et lui ordonne de la laisser tranquille, ce qu’il fait avec joie. Mais lorsqu’il ouvre le portefeuille qu’il en a profité pour lui dérober, celui-ci se ravise soudain et décide d’accompagner la jeune femme.

Cette superbe bande-dessinée en deux tomes vous plonge dans le Paris de l’occupation où bien peu de décisions sont sans conséquences. Jeanne, l’héroïne, droite dans ses bottes et persuadée du bien-fondé de sa mission, va devoir reconsidérer nombre de ses convictions. D’abord celle que ses camarades ne la trahiront jamais, elle qui ne connaît même pas leur véritable nom. Ensuite, le mode de vie de François, qui n’hésite pas à profiter des bons côtés que la guerre peut lui apporter et à voler d’honnêtes gens aussi bien que des nazis. Que doit-elle faire, maintenant qu’ils savent pour elle et qu’elle ne peut plus contacter le réseau sans le mettre en danger? Sa soeur a-t-elle été arrêtée, elle aussi? Comment continuer la lutte tout en se cachant? L’évolution du personnage est sensible, et on vibre avec elle pour savoir si elle va se sortir de cette période sombre, si la gouaille insolente de François suffira à les sortir de là, si le patriotisme bon enfant de René et sa femme, qui la cachent sur leur péniche, ne risque pas de les mener tout droit en prison eux aussi. Les dessins sont juste superbes, faisant le choix d’un réalisme très élégant. Je regrette simplement que l’histoire, notamment de François, n’ait pas été un peu plus creusée.

La note de Mélu:

Note 4

Un vrai plaisir!

bannière 52 livres

48 / 52

challenge petit bac

catégorie “animal”