je vous aime (bien profond)L’auteur: Cedrik Danielsson est un chirurgien plastique qui vit dans la banlieue de San Diego. Du moins, c’est ce qu’il nous affirme dans cette autobiographie…

Le livre: Cedrik a la quarantaine, une belle voiture, une femme, deux filles, deux maîtresses, un langage dont la désinvolture s’accorde avec celle de son existence. Un jour, un colis arrive dans sa boite aux lettres. Une arme, une consigne de tuer trois personnes s’il ne veut pas que sa femme et ses filles soient les prochaines cibles. Cela lui inspire une fuite: il s’offre un voyage à Paris avec Jane, une de ses maîtresses. Celle-ci lui présente alors une de ses amies qui vit à Paris, Gwendoline, qui travaille pour une maison d’édition spécialisée dans les polars. Ca tombe bien, ce qui arrive à Cedrik ressemble beaucoup à un début de polar. Gwendoline le pousse alors à écrire son autobiographie: au jour le jour, il raconte cette incroyable aventure. Car un autre message similaire, avec une autre arme, lui parvient à Paris, et lorsqu’il rentre, il trouve le cadavre de sa femme sur le canapé…

Oh la la. Attention, OVNI en vue. D’abord, il faut bien se mettre en condition: Cedrik raconte les événements, plutôt sous la forme de notes narratives, les fait lire à un certain nombre de personnages, les cache à d’autres, puis continue l’histoire en y ajoutant ce qu’il vient de vivre, mais reste globalement très froid, cynique et détaché. Le ton peut donc surprendre, mais donne un effet de réalisme troublant: ce n’est pas un écrivain qui écrit. Au départ, un thriller commence sur les chapeaux de roues, et lorsque la machination est dévoilée et que Cedrik essaye de la retourner à son avantage, il commence lui-même à manipuler ce qu’il écrit, puisque tous les personnages auquel il fait lire son récit au fur et à mesure qu'e celui-ci avance sont impliqués dans l’histoire qui s’écrit en même temps que les événements ont lieu. L’expérience de lecture est donc troublante, génialement menée, et l’on se laisse prendre au jeu de puisqu’on est nous-même un de ces bêta-lecteur impliqués dans le processus d’écriture. Qui parmi les personnages est au courant qu’il est devenu le personnage d’un roman? Qui apprend au fur et à mesure de sa lecture des choses qu’il ignorait? Qui a provoqué cette mise en scène macabre? Pièce par pièce, le puzzle se complique et l’écrivain devient virtuose sans se départir de son ton provocateur.

La note de Mélu:

Note 4

Une découverte étonnante! Un immense merci à Club de Lecture pour cette lecture inattendue et surprenante!

bannière 52 livres35 / 52