VenusNoireBDLes auteurs: Abdellatif Kechiche (né en 1960) est un réalisateur de cinéma franco-tunisien. Il réalise le scénario de cette histoire et en fait à la fois un film et un roman graphique avec la collaboration de Renaud Pennelle, dessinateur.

Le livre: Jusqu’aux années 1970, au musée de l’homme, sont conservés les restes de la Vénus Hottentote. En 2002, l’Afrique du Sud, son pays d’origine, réclame la restitution de sa dépouille. Mais qui était cette Vénus? Au XIXème siècle, alors que le Cap est encore une province colonisée, une esclave noire du nom de Saartjie Baartman a la particularité d’avoir un fessier et des organes génitaux surdéveloppés. C’est cette bizarrerie de la nature qui pousse un Anglais à lui faire miroiter une vie d’actrice et de star de la scène, pour l’emmener en Europe afin de l’exhiber comme un phénomène de foire.

Cette histoire vraie nous invite à réfléchir cruellement sur les droits de l’homme, de la femme, sur le racisme et la science. Elle est de plus profondément dérangeante. D’abord parce que, aussi horrible que le traitement de cette femme soit, on est parfaitement au courant que ces choses existent grâce à Elephant Man ou à nos propres expositions coloniales. Autrement dit, on la lit certes avec horreur, mais pas avec surprise, et c’est le plus horrible de l’expérience. Ainsi la descente aux enfers de Saartjie, d’abord montrée comme un animal, puis délaissée, sombrant dans l’alcool, prostituée, n’est qu’une dégringolade épouvantablement logique et banale. Et ce qui vient ajouter au malaise, c’est que Saartjie elle-même croit sincèrement qu’on l’a tiré de son esclavage pour l’emmener ici, et jamais elle n’avouera qu’elle est exploitée. Et pour finir, le summum de la déchéance vient de sa dissection après sa mort, pourtant faite dans la pleine bonne volonté de la science. Le coup de crayon est élégant et raffiné, avec un petit côté sépia qui nous plonge dans des ambiances qui passent volontiers du pastel doux au clair-obscur désespéré, sans se départir d’un réalisme nécessaire et qui laisse toute sa force au dessin que l’on ne peut s’empêcher de scruter avidemment.

La note de Mélu:

Note 4

Un travail graphique remarquablement réussi et un scénario troublant.

bannière 52 livres

34 / 52

challenge petit bac

Catégorie “couleur”