La_guerre_des_boutonsL'auteur : Louis Pergaud (1882-1915) est un instituteur et un romancier français, mort pour la France.

Le livre: Les Longeverne ne laisseront pas passer cet affront de plus. Entre eux et les Velrans, c'est la guerre. Les coups pleuvent! Et lorsqu'un prisonnier est fait, la torture est terrible: tous les boutons sont coupés, les boucles de ceinture, les boutonnières, tout y passe. De quoi prendre une bonne déculottée en rentrant à la maison. Alors on cherche des solutions: et pourquoi pas se battre tout nus? Il faudrait aussi une fille, pour recoudre les boutons... En attendant, Lebrac, Grangibus, Tigibus et les autres préparent une nouvelle bataille contre le Velrans.

Sympathique. Ce qui frappe au premier abord, c'est bien sûr le langage plus que fleuri des enfants: débauche de grossièreté dont ils ne comprennent vraisemblablement pas le sens. Mais ce qui m'a plus marqué, c'est la langue du narrateur, véritablement épique, qui donne à ces enfants qui se bagarrent un véritable souffle guerrier. Guerre et babioles, mais guerre quand même, voilà qui résume bien cette histoire. Par contre, je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Durant ma lecture, j'aurais été bien incapable de dire si tel ou tel personnage était un allié ou un ennemi. Globalement d'ailleurs, le ton est assez difficile à accrocher, et on a vite l'impression que l'action n'avance pas vraiment. C'est dommage, car des scènes sont d'une cocasserie vraiment poilante.

La note de Mélu:

Note_3

Je suis contente de l'avoir lu, mais j'ai eu un peu de mal à le finir.

la_guerre_des_boutons_afficLe film:en 2011, succédant à la célèbre adaptation au "si j'aurais su" des années 1960, deux nouvelles versions de l'histoire sortent à une semaine d'intervalle. Il faut dire qu'entre temps, le texte est tombé dans le domaine public, ce qui a dû en inspirer plus d'un. C'est celui de Yann Samuel que je suis allée voir. Il a le mérite de rajouter une intrigue, certes un peu facile et bien pensante, mais mieux vaut ça qu'autre chose... On commence avec le grand jour pour Tigibus (Tristan Vichard) le dernier entré dans la bande. Il doit apprendre les règles, le mot de passe et surtout promettre fidélité à Lebrac (Vincent Bres). Lebrac qui a du mal à tout gérer de front depuis la mort de son père: les animaux, le marché, la maison, l'école et bien sûr, la guerre! Entre les prisonniers et les asauts, il faut aussi se méfier de ce que l'ennemi ne s'aperçoive pas que parmi leurs guerriers se cache Lanterne... une fille (Salomé Lemire). Et ça fonctionne bien! Ca fonce, ça fuse, ça se bagarre et au moins on en a pour son pesant de pruneau! La performance des jeunes acteurs mérite le respect, et ils sont parfaitement encadrés par des comédiens savoureux: on retrouvera Alain Chabat et Eric Elmosnino en instituteurs toujours marqués par la rivalité entre les villes voisines, Fred Testot en curé bon enfant et dynamique (qui joue au foot) et une superbe Mathilde Seigner en maman blasée drapée dans son devoir et sa pudeur. Mention spécial pour le méchant de l'histoire (Théo Bertrand) qui a une tête de sale gosse tout ce qu'il y a de plus convaincant. Le clou du casting reste quand même le Tigibus, qui évite avec brio de tomber dans la caricature et l'excès de choupi-trop-mignon par sa fraîcheur et son humour.

Un très bon moment!

Pour la catégorie "Objet" et dans ma cinémathèque:

Challenge_La_litt_rature_fait_son_cin_ma_3e_cat_gorie

challenge_petit_bac