m_moires_d_une_catinL'auteur: Francesca Petrizzo (probablement née environ en 1990, puisqu'elle a publié le livre a 19 ans) est une auteur italienne.

Le livre: On l'appelait la catin... Hélène de Sparte, devenue Hélène de Troie, a provoqué une guerre mythique en suivant les élans de son coeur et de sa passion. Petite fille déjà, elle est trop. Trop belle, trop froide, trop comme sa mère, Léda, déjà supposée légère car on murmure qu'elle a été séduite par Zeus. La blonde Hélène s'habitue à être seule et à se taire, alors que la forte Clytemnestre est courtisée par Agamemnon, le roi de Mycènes, et que ses deux frères Castor et Pollux sont trop inséparables pour ne pas éveiller d'étranges soupçons. Trop attirante, la petite Hélène est enlevée par Thésée, prêt à la violer, provoquant des années de cauchemar. Dès lors, Hélène n'aura de cesse de chercher l'amour et la chaleur. D'abord auprès d'un soldat et de sa gentillesse, puis auprès du beau Diomède, du fort Achille et enfin, du fougueux Pâris, pour lequel elle agira enfin...

Fascinante, Hélène de Troie. Même si on sait que son enlèvement par Pâris n'est qu'un prétexte pour Ménélas et Agamemnon pour attaquer la trop orgueilleuse Troie, il est évident qu'Homère a fait de cette femme désignée par les dieux comme la plus belle des mortelles un véritable objet de malédiction. La maturité et la profondeur avec lesquelles ce livre propose ce qui a pu se passer dans la tête de cette femme maudite est stupéfiante. Même si la fidélité au mythe n'est pas prioritaire, je l'ai trouvée assez fidèle et assez bien traité, d'abord en rappelant l'enlèvement de Thésée, subi et parfaitement cohérent avec le personnage du roi de Thèbes volage et capricieux. Hélène arrive à nous toucher, parce qu'elle devrait être courtisée et qu'elle reste seule, parce qu'elle attire autant qu'elle effraie, parce qu'elle ne veut que l'amour et que le destin en a décidé autrement. Le subtil mélange entre fatalité tragique et sensibilité humaine fonctionne à merveille. Parce que chacune de ses histoires d'amour a été sincère et que les hommes ne la traitent que comme une jolie poupée, voire une marchandise. Et parce que lorsqu'elle essaye enfin de prendre son destin en main, en fuyant un mari qu'elle n'aime pas pour vivre son amour, elle réalise qu'elle a laissé passer d'autres occasions pour sauter sur celle qu'il ne fallait pas: Pâris n'est jamais qu'un prince trop gâté, qui refusera de se battre pour elle prétextant que cette guerre n'est pas la sienne.

La note de Mélu:

Note_5

Un très beau livre sur l'amour, les femmes et la mythologie!

Titre original: Memorie di una cagna (traduit de l'italien)

D'autres avis pour Stephie et pour Esmeraldae.

Et un titre catégorie "Gros mot" pour mon Challenge Petit Bac:

challenge_petit_bac