la_dict_eL'auteur: Jean Cosmos (né en 1923) est avant tout scénariste, pour la télévision notamment, mais aussi dramaturge. Ses romans restent peu nombreux.

Le livre: Maria, une jeune veuve, essaye désespérément de faire entrer son fils Louis à l'école, mais le curé est catégorique: l'enfant est trop vieux et il manque de place. Sous la neige, sur le chemin qui la ramène à pied chez elle, Maria rencontre alors Paulin Labarthe, un ancien imprimeur qui se réfugie en province après avoir été exilé avec les communards. Elle lui propose alors un marché: il apprendra à lire à Louis, en échange elle fera chez lui la cuisine, le ménage, tout. Le changement commence: de sauvageon qui ne parle que patois, Louis finit par entrer premier à l'école normale. Il sera instituteur, intimement convaincu que ce n'est que par l'instruction que l'on s'en sort.

Ce petit pavé qui nous fait suivre une famille sur trois ou quatre génération est une belle fresque douce-amère sur l'école, et plus particulièrement l'école des campagnes, ses miracles et ses désillusions. La dictée, c'est celle que Paulin fait faire à Louis, dès le départ, tirée d'un texte de Victor Hugo: "Le progrès de l'homme par l'avancement des esprits, point de salut hors de là. Enseignez! Apprenez! [...] Mangez le livre." C'est celle que Louis aussi fera faire à ses premiers élèves. Tous y échouent côté orthographe, mais tous perçoivent le sens de ces phrases: sauver les hommes par l'instruction. Et faire avec des collaborateurs toujours réfractaire. Dans les campagnes, le maire, dont dépend l'école communale, rechigne à mettre les locaux de la mairie à disposition de l'instituteur, à les équiper ou à les chauffer. Il semble plus aisé de récompenser les anciens qui ne font pas de vague que d'accepter les méthodes de ceux qui se bouge pour qu'un cancre trouve du travail ou qui croient à leur mission d'élévation. Idéaliste, certainement, mais il en faut. Le roman nous emmène donc de l'école républicaine à l'école moderne, celle des années 1980, si éloignée de l'élévation auquel si peu croient désormais, et pourtant si idéalisée, encore, dans un style simple et sans fioriture qui coule tout seul sans que l'on s'en aperçoive.

La Note de Mélu:

Note_4

 

 

 

Amateurs de Pagnol et des Choristes, vous devriez adorer!