ames_vagabondesL'auteur: Stephenie Meyer, vous la connaissez sûrement par sa série de romance fantastique. Moi aussi. J'ai cependant eu envie de voir si ses autres romans valaient quelque chose.

Le livre: Lorsqu'elle s'éveille, l'âme découvre son nouveau corps. Celui de Melanie Stryder, une jeune femme dans laquelle on vient de l'insérer. Ce n'est pas son premier corps: l'âme en a connu de nombreux, dans bien des mondes différents. C'est pour ça que les médecins vont lui donner le nom de Vagabonde. Les médecins qui sont des âmes, comme elle. Il y a bien longtemps que cette race venue d'ailleurs a envahi la planète Terre, en se greffant directement sur le cerveau d'hôtes humains. Très vite, Vagabonde comprend ce qu'on attend d'elle: on l'a transplantée dans le corps d'une rebelle, un de ces humains qui fuient et qui luttent contre les âmes. Ayant désormais accès au cerveau et aux souvenirs de son hôte, elle doit s'en servir pour localiser les autres rebelles. Mais Melanie résiste. Vagabonde l'entend dans sa tête, qui l'empêche de tout savoir.

Oh la bonne surprise! L'idée de départ m'a immédiatement plu. En bonne amatrice de science-fiction, je connaissais le principe des races symbiotes, qui cumulent l'identité de l'hôte et celui du parasite. Ici, elle est parfaitement exploitée: on découvre le monde par les yeux de Vagabonde, qui apprend comment Melanie a tenté de se suicider pour ne pas être attrapée et transplantée, comment elle a été sauvée. L'univers créé est d'une grande cohérence: on comprend vite comment la race des "âmes", plus ancienne et plus avancée que notre civilisation, a réussi à coloniser la terre, puisque le temps que les humains se rendent compte que quelqu'un d'autre était dans la tête des gens, il était déjà trop tard. Pourtant, on ne tombe jamais dans des clichés trop faciles: Vagabonde n'est pas un ennemi oppresseur. Elle tente de comprendre d'abord pourquoi elle ne parvient pas à réduire Melanie au silence, ensuite pourquoi celle-ci s'obstine à vouloir récupérer son corps et surtout, qui elle tente de protéger. On redécouvre donc la race humaine au travers des yeux de l'étranger, et elle ne sera pas toujours jolie à regarder. De même, les personnages oscillent entre ennemis et amis, selon qu'ils voient plutôt Vagabonde ou Melanie dans ce corps, et même si les relations évoluent doucement, on ne saura jamais qui croire et à qui se fier. Loin de tout manichéisme, on voit les espèces essayer de collaborer, de se comprendre, puis s'acharner à se détruire. Aucune réponse définitive n'est jamais donnée quant à la légitimité de l'une ou de l'autre espèce, et c'est cela que j'ai apprécié. En cela, j'ai presque trouvé la fin un peu décevante, un peu trop facile. Mais dans l'ensemble, j'ai trouvé les subtilités psychologiques et techniques très bien rendue, et surtout l'intrigue très bien menée, pleine de retournement et de méandres, et je n'ai pas vu défiler les pages de ce petit pavé.

La note de Mélu:

Note_4

Une vraie réussite, je suis ravie!

Cette lecture fut menée en commun avec de nombreux membres de Livraddict : Marmotte a bien aimé malgré "beaucoup de clichés", Juliah a trouvé cela "long", Lilichat a beaucoup aimé, Stellablogueuse a carrément un "coup de coeur" tout comme Nane, Ayma a un avis mitigé, tout comme Calies , Gr3nouille a aimé et Luna aussi, Lenacoli a vécu "une adorable découverte", Mia a adoré, Frenchdaw a apprécié l'originalité de cette histoire, bebere par conte n'a pas aimé du tout, et bientôt je vous donne les avis de LaetiChOuuxx, Babynoux, Hanaelle, , pimousse4783, marie-danielle, Can_diice et Lady Murphy.

 Et puisqu'ici l'âme vagabonde est véritablement une "partie du corps", je l'inscris dans cette catégorie:

challenge_petit_bac

Les-Ames-Vagabondes-Affiche-FranceLe Film: Très attendu en 2013, le film a été adapté et réalisé par Andrew Niccol, scénariste du génial Truman Show et réalisateur de l'intrigant Bienvenue à Gattaca. Le rôle titre est confié à Saoirse Ronan. Personnellement, je l'ai trouvée un peu plate, sans grand relief, même si j'ai bien aimé son air un peu en-dehors de la réalité. Elle reste finalement très égale et ne sollicite pas vraiment son talent pour rendre le côté presque schizophrène de deux esprits dans un seul corps, et c'est franchement dommage. En face d'elle, j'ai trouvé tout aussi minets et insignifiants les deux garçons, qu'il s'agisse de Max Irons qui incarne Jared, le petit ami de Melanie ou de Jake Abel qui campe Ian, le futur amoureux de Vagabonde. Le seul acteur qui se démarque réellement pour moi est William Hurt dans le rôle de l'oncle de Melanie, aussi tendre qu'il est intransigeant en vieux cow-boy qui ne s'en laisse pas conter. Mais à part cela, on a dans ce film des personnages sans grand relief, et c'est bien dommage, le moins crédible de tous étant peut-être Ian dont le rôle a tellement été condensé qu'il tente de tuer Gaby avant de tomber amoureux dans la sècne suivante sans aucune transition, ruinant toute crédibilité. Pourtant, l'affiche l'annonce, les choix de mises en scène vont tous dans une même direction: le triangle amoureux, au moyen de longues scènes de baisers sur fond de coucher de soleil. De fait, la qualité du récit d'anticipation est largement passée à la trappe, on passe très vite sur le mode de vie des rebelles, sur la société créée par les âmes ou encore les expériences que les Rebelles mènent sur les Ames. Leur apparence m'a d'ailleurs beaucoup déçue, tant elles semblent sortie d'un film de Disney. Je me suis consolée avec la présence de Diane Kruger dans le rôle de la traqueuse (elle a la classe même dans un rôle sous-exploité), par les superbes voitures-miroirs des âmes et les sublimes paysages de désert qui n'ont besoin d'aucun effet spécial pour nous faire sentir tout petits. Pour le reste, un film vite oublié.