anna_kar_nineL'auteur: Leon Tolstoi (1828-1910) est un romancier russe, auteur du célèbre Guerre et Paix.

Le livre: Scandale chez les Olbonski. On vient de révéler que Stiva, le maître de maison, trompe sa femme Dolly, avec l'institutrice des enfants. La maison est complètement désorganisée. Arrive alors Anna Karénine, soeur de Stiva et grande amie de Dolly, afin de réconcilier les époux. A la gare, en arrivant, elle croise le comte Alexis Wronsky, jeune et brillant officier. Cet Alexis Wronski est déjà bien connu de la famille: il poursuit de ses faveurs Kitty Cherbatski, la jeune soeur de Dolly, qui ne jure que par lui. Tout le monde pense le mariage imminent, au grand désespoir de Constantin Lévine, un jeune propriétaire terrien lui aussi amoureux de Kitty. Mais lors d'un bal, Anna, belle et magnétique, attire tous les regards, y compris celui de Wronski qui tombe fou amoureux d'elle. Mortifiée d'éprouver une attirance pour cet homme et de s'attirer la haine de Kitty, Anna rentre précipitamment chez elle, mais Wronski la suit, encore et toujours.

Un peu moins de mille pages pour ce roman qui m'a laissé sur des sentiments bien différents. D'abord, un sourire cynique: en bonne femme du monde, Anna vit dans une société du paraître, où l'on se marie avec un bon parti plus que par amour, où l'homme qui trompe sa femme peut garder le sourire mais pas la femme infidèle, où il faut avant tout sauver la face. Oblonski, son frère coureur de jupon, est un détestable personnage, et Wronski, dont tout le monde sait au départ qu'il n'est qu'un séducteur qui ne rendra jamais Kitty heureuse, n'a jamais attiré la moindre sympathie de ma part. Curieusement, c'est un peu la même chose pour Anna: au début, je n'ai pas accroché au personnage, qui m'a semblée très superficielle, peu crédible. On ne nous raconte pas vraiment la période où Wronski la séduit, ce qui donne l'impression qu'elle cède immédiatement, sans état d'âme. De plus, le fait qu'elle ne veule pas divorcer mais vivre avec son amant m'a paru étrange, tout comme l'absence d'affection pour sa fille, qui m'ont dérangée. Mais l'impression s'est inversée dans la deuxième partie, lorsqu'elle se rend compte que sa vie va dans le mur et qu'elle en devient à moitié folle: la fin du roman présente une Anna dramatique, voire tragique, qui m'a complètement emportée et j'ai pris l'issue de son histoire en plein dans la figure!
Par contre, toute une partie du roman m'est passée dix kilomètres au-dessus. On nous parle en effet d'une Russie terrienne, où l'on discute pour savoir quelles sont les meilleures positions à adopter pour tirer le meilleur de ses champs, tant sur le plan économique que sur le plan matériel. Là, je l'avoue, j'ai sauté des pages. Mais là où il fustige l'hypocrisie mondaine et civile, ce roman est une véritable ode à la vie des champs et à la beauté de la nature, grâce au personnage de Lévine, qui n'hésite pas à aller faucher avec ses paysans, à défendre le travail agricole, à regarder le soleil se lever et à dormir dans le foin. C'est d'ailleurs le personnage que j'ai préféré, fidèle, travailleur, intelligent, sans pour autant être parfait, il est aussi celui qui met en question les croyances religieuses tout comme le progrès techniques et politiques. Loin d'être centré sur une histoire d'amour adultère, ce roman a donc de nombreuses autres facettes, dont certaines m'ont beaucoup plu et d'autres m'ont laissée de marbre.

La Note de Mélu:

Note_3

Une lecture agréable dans l'ensemble, mais beaucoup d'éléments auquels je n'ai pas réussi à accrocher.

Anna Karénine a été jouée au cinéma en 1997 par Sophie Marceau:

Anna_Karenine_Et comme il contient un prénom dans son titre, il s'inscrit dans trois Challenges en même temps

Challenge_La_litt_rature_fait_son_cin_ma_3e_cat_gorie            Russie     challenge_petit_bac

Titre original: Анна Каренина (traduit du Russe)