la_grand_m_re_de_jadeL'auteur: Frédérique Deghelt est une journaliste, réalisatrice et romancière française.

Le livre: Jeanne, dite "Mamoune", est tombée dans sa maison. Il faut dire qu'elle n'est plus toute jeune et qu'elle vit seule depuis la mort de son mari. Sa fille, médecin, a prononcé le verdict: maison de retraite. C'est alors que Jade, sa petite-fille de trente ans, dont elle n'est pas particulièrement proche d'ailleurs, l'enlève et l'emmène dans son appartement parisien. Et derrrière cette mamie si longtemps cataloguée, Jade découvre une femme pleine d'un immense désir de vivre, qu'elle a refoulé toute sa vie et vécu par procuration à travers ses innombrables lectures. Entre les deux femmes s'installe alors une relation étonnante, entre quotidien affectif et échange intellectuel.

Mouais.

J'ai ouvert ce livre avec quelques a priori, étant terriblement déçue de ma rencontre avec l'auteure. J'ai eu de bonnes surprises dans les premières pages. Jade est une jeune femme moderne, c'est-à-dire qui veut être indépendante, qui a préféré quitter un homme avec qui tout se passait bien mais avec qui elle s'ennuyait. Mamoune nous révèle le rôle incroyablement subversif et libérateur qu'a pu avoir la lecture avant que ne s'installe la société du loisir que nous avons tous connu: lire, c'était ne pas travailler et être intelligent, deux choses inacceptables pour une femme de la campagne. Le message de départ m'a donc séduite. Mais très vite, comme le quotidien de ces deux femmes s'installe, le livre prend un rythme de croisière affreusement lent, qui s'attache plus à digresser et philosopher qu'à raconter. J'ai eu l'impression d'entendre une plume qui s'écoutait parler plutôt qu'un réel échange entre les deux personnages. On reste très superficiel sur les lectures de Jeanne, alors que c'est ce que j'aurais aimé trouver davantage. L'ambiance douce et l'impression de cocon dans laquelle Mamoune s'épanouit est reposante, mais même les dialogues sont fondus dans la narration (adieu les guillemets et autre ponctuation expressive), donnant à l'ensemble un aspect très monocorde. J'ai donc survolé pas mal de passages pour aller à l'essentiel, ou, pour le dire autrement, je suis souvent passé à côté de cette lecture qui n'a réussi à me toucher qu'à son épilogue, qui valait quand même le coup de tourner les pages.

La Note de Mélu:

Note_2

Globalement déçue, mais je suis allée au bout, et tant mieux.

Les avis sur ce livre sont souvent bons, comme celui de Stephie pour qui c'est "une pure merveille", celui de Liliba pour qui il mérite trois gros coeurs bien rouges ou encore celui de Leiloona. Je me sens moins seule en lisant les avis de Cynthia ou de George qui sont plus mesurés.