un_jeu_interditL'auteur: L. J. Smith s'est fait connaître en France avec sa série Vampire Diaries, rééditée ces derniers temps sous le tires Journal d'un Vampire.

Le livre: Jenny Thornton est chargée d'organiser la fête d'anniversaire de son petit ami Tom, qui va fêter ses dix-sept ans. Prise au dépourvu, elle opte pour un jeu d'ambiance afin d'égayer la soirée. Dans une étrange boutique, un mystérieux vendeur d'une beauté surnaturelle lui conseille une boite blanche, un jeu très spécial. Aussitôt rentrée, Jenny, Tom et leur cinq amis se lancent dans la partie: ils construisent le plateau de jeu, une maison de papier, dans laquelle évolueront sept figurines de carton sur lesquels ils doivent représenter leurs visages, ainsi que trois autres pions: le Rôdeur, le Rampeur et l'Homme de l'Ombre, dont la figure rappelle étrangement celle du vendeur de la boutique. A peine ont-ils inscrit sur leurs cartes de jeu leur plus grande peur et lu à voix hautes des règles très solennelles qu'ils se retrouvent propulsés dans la maison de papier et dispersés dans des pièces où leurs pires cauchemars prennent forme. Pour s'en sortir, une seule solution: atteindre le dernier niveau du jeu, le sommet de la maison. Mais c'est sans compter sur Julian, l'Homme de l'Ombre, bien décidé à les faire perdre, et à s'emparer au passage de Jenny, sur laquelle il a jeté son dévolu.

Ce gros volume de six cent pages et des poussières rassemble les trois tomes de cette série. Le résumé ci-dessus est celui du premier tome, le meilleur à mon sens: l'originalité de l'intrigue m'a conquise et l'histoire bien ficelée et pleine d'action joue son rôle à la perfection. On retrouve ce qui fait le succès des romans jeunesses: une bande de héros jeunes, courageux, différents et tous parfaits dans leur genre, à l'amitié indéfectible et à la loyauté sans faille. Un peu trop parfait, si je puis dire: à la longue, entendre louer leur beauté et leur perfection à longueur de temps m'a un peu agacée et m'a empêchée d'adhérer vraiment à ces personnages, notamment à l'héroïne Jenny qui m'a semblée bien creuse, mais aussi à Tom dont le rôle dans l'histoire est carrément bradé puisqu'il sert essentiellement à disparaître pour laisser la place à Julian. Heureusement pour moi: j'adore les méchants! Et le point fort de cette trilogie reste un vrai méchant qui n'hésite pas à tuer sans scrupule et à martyriser celle qu'il dit aimer. J'ai d'autant plus regretté que ce personnage perde sa consistance et sa vigueur, se ramollisse dirons-nous, au fil des tomes. Car dans les deux tomes suivants, le mode de jeu change: une partie de cache-cache jalonnée d'indice dans le second, un jeu de piste dans le troisième. Et dans le troisième tome, ce n'est pas Julian le plus méchant du lot, et c'est bien dommage. L'action n'est pas en reste: on ne soufle pas une seconde et le temps file, puisqu'il est compté pour les personnages. Malgré quelques aspects caricaturaux, cela reste donc un bon roman jeunesse au concept original qui séduira les amateurs de fantastique, de romantisme impossible et de course-poursuite effrenées pour sauver sa peau.

La note de Mélu:

Note_4

 

 

 

Je remercie beaucoup les Editions michel_lafon pour ce partenariat.

Titre original: The Forbidden Game (traduit de l'anglais)