histoires_sanglantesLes auteurs: Edith Wharton (1862-1937), H. P. Lovecraft (1890-1937) et Frederic Brown (1906-1972) sont des romanciers américains qui se sont particulièrement illustrés dans le fantastique ou la science-fiction. Chacun livre une nouvelle pour ce petit recueil.

Le livre: Autour du personnage du vampire, trois nouvelles de longueurs et de style fort variées. L'ensorcelé (Bewitched) c'est Saul Rutledge, qui disparaît certains soirs pour se rendre dans une maison isolée au bord d'un lac. Il dépérit à vue d'oeil, et il prétend y rejoindre Ora Brand, une jeune fille morte depuis plus d'un an. La maison maudite (The Shunned House) accumule les cadavres: tous les habitants dépérissent, s'affaiblissent peu à peu et finissent par mourir les uns après les autres. Du Sang (Blood) met en scène deux vampires futuristes fuyant la Terre pour survivre à bord d'un véhicule temporel.

Le mythe du vampire revisité sous trois facettes totalement différentes, voici un livre qui ne pouvait que m'intéresser. La première est de facture très classique: la jeune vampire est à la fois incarnation d'une légende populaire (il y avait déjà eu des cas d'ensorcellement auparavant) et érotisme interdit puisqu'elle détourne sa victime de son épouse. Angoissante à souhait, elle met l'accent sur l'ambiance. On ne verra jamais vraiment la supposée revenante, elle reste fantôme, ou fantasme. La deuxième nouvelle étend le vampirisme à toute la maison en la transformant en monstre suceur d'énergie vitale. Ce n'est plus un personnage mais un phénomène de vampirisation qu'elle évoque, et on pourra y trouver quelques longueurs puisque Lovecraft prend le temps d'expliquer ce qui est arrivé à tous les habitants successifs de la maison avant d'y envoyer un narrateur avec une intrigue à raconter. Quand à la troisième, extrêmement brève (trois pages), elle renverse complètement les points de vue: exterminés, les vampires sont présentés comme une race parmi d'autres, dans un univers futuriste à la fois loufoque et inquiétant qui laisse énormément de place à l'interprétation. J'ai beaucoup aimé cet élargissement du thème du vampire, lui que l'on a tendance à enfermer dans le rôle de bellâtre ces temps-ci.

La deuxième raison qui m'a poussée à postuler pour ce partenariat est l'édition bilingue. Là encore, je suis ravie: à gauche, la page en anglais, à droite, la page en français. La mise en page étant rigoureusement identique, on peut suivre mot pour mot avec beaucoup de confort, et je me suis plu à passer de l'un à l'autre, passant de Shakespeare à Molière dès que l'anglais devenait un peu trop ardu. Quelques notes expliquent quelques traductions spécifiques ou quelques archaïsmes ou argots de la langue anglaise. Tout est fait pour encourager la lecture en VO, et je ne m'en suis pas privée. Mais le soin apporté à cette édition ne s'arrête pas là, puisqu'un encart central propose un certain nombre de documents en rapport avec le thème, regroupant photos tirées de films, portraits des trois auteurs, affiche de cinéma, photographies des paysages évoqués ou tableaux de maîtres. Il s'agit donc, loin des nouveaux vampires aseptisés et romancés, de rappeler un peu l'aspect sanglant et brut des textes anglais du XIXème et du début du XXème siècle.

Un livre complet, pratique à de nombreux points de vue.

La Note de Mélu:

Note_4

Je remercie chaleureusement Karine du forum logo_club_de_lecture  et les éditions Folio