yessikaL'auteure: Isabelle Bauthian est écrivain, scénariste de BD et actrice. Plus d'infos sur son site!

L'illustratrice: Rebecca Morse (née en 1983) a d'abord fait des études de langues, pendant lesquels elle a fait divers petits boulots où elle a croisé une certaine Mélu... Quelques années et un diplôme plus tard, elle sort sa première bande-dessinée, Yessika Voyance. Alors forcément, quand je vois le nom sur la couverture, je me dépêche de la recontacter pour une petite dédicace... Suivez-la sur son blog!

Le livre: Stéphanie est étudiante en médecine. Devant les problèmes d'argents que rencontrent ses parents, elle prend une importante décision: trouver un petit boulot et payer elle-même son loyer. Grâce à sa colocataire, elle devient hôtesse d'accueil téléphonique dans un cabinet de voyance. Sa patronne l'encourage d'ailleurs à écouter les conversations des medium avec leurs clients, afin de mieux comprendre comment ils travaillent. Desespérés, vicieux, hargneux, les clients qui appellent forment un intéressant échantillon humain et Stéphanie se prend au jeu de suivre leurs petits malheurs. Elle en a, des choses à raconter en rentrant. Peut-être trop d'ailleurs.

Difficile de définir le genre de cette bande-dessinée. Le ton en est en apparence très léger. Un cabinet de voyance, une étudiante, des névrosés qui viennent vider leur sac et dont on ne peut s'empêcher de rire parce que avouons-le, payer un voyant par téléphone a quelque chose de honteux et de risible pour beaucoup d'entre nous. Au premier abord, je l'ai donc pris avec le sourire, voire avec de francs éclats de rire, puisque l'héroine découvre la joie d'être au service du client et de ses remarques imprévisibles. Si vous ne l'avez pas vécu, lisez Anna Sam et la version "Caissière" de cette expérience. Mais très vite, on se rend compte que c'est avant-tout par désespoir, par tristesse, par solitude, par peur que les gens sont prêts à cette démarche. Et Stéphanie, qui met du temps à s'en apercevoir, perd peu à peu son capital sympathie à vouloir à tout prix juger et critiquer ces imbéciles. La misère humaine se révèle là où on ne l'attendait pas forcément, et le livre est beaucoup moins superficiel qu'il n'y parait. Un peu de bons sentiments ne faisant pas de mal, la petite fille à papa prend en pleine figure sa découverte du vrai monde; simple mais efficace. L'histoire m'a donc beaucoup emballée. De plus, la bande-dessinée est organisée comme un roman, avec des chapitres, dont chacun a un titre et une ambiance. Les dessins, très réalistes et très fins, reflètent les qualités de cette histoires: alors qu'ils auraient pu paraître trop sérieux et trop soignés, ils ont un petit grain de fantaisie, une petite touche expressive qui rend les personnages très attachants. Les états d'âmes de Stephanie sont d'ailleurs soulignés par de petits symboles qui se promènent autour de sa tête. J'ai d'ailleurs apprécié la grande variété des personnages: aucun visage ne se ressemble, et la lecture est à la fois agréable et confortabe.

La note de Mélu:

Note_5

Une bande-dessinée qui se lit toute seule!

Merci infiniment, Rebecca, pour la dédicace. Je te souhaite bon vent et d'autres livres aussi réussis que celui-ci!

Désolée pour la qualité de la photo...

DSC00154