to_kill_a_mocking_birdL'auteur: Harper Lee (née en 1926) est une romancière américaine connue surtout pour ce roman qui lui a valu le Prix Pullitzer en 1961.

Le Livre: Nous sommes dans les années 1930, dans l'Alabama. Jean Louise, surnommée Scout et son frère Jem passent leurs journées à jouer dans les champs et à espionner leur voisin Arthur "Boo" Radley qui les terrorise: on dit qu'il n'est jamais sorti de chez lui... Ils sont sous la garde de Calpurnia, leur gouvernante noire, et leur pèrs Atticus, avocat. D'étranges rumeurs circulent d'ailleurs sur Atticus. On dit de lui qu'il est "ami des nègres" comme si c'était une insulte. Commis d'office pour défendre Tom Robinson, un Noir accusé d'avoir violé Mayella Ewell, une blanche, il s'accroche à l'innocence de son client avec trop d'ardeur pour l'opinion publique.

La petite Scout est la narratrice de cette histoire, et l'onmet un peu de temps à entrer dans son monde, à comprendre qui sont tous les personnages, surtout avec le nombre de surnom qui jalonnent les pages. La prose est dense, l'action lancinante et simplifiée par le point de vue enfantin de la narrattrice. Il n'est donc pas si aisée de rentrer dans ce roman. Et c'st dommage parce que les évéements qu'ils racontent sont terribles. A posteriori, avec notre connaissance du monde américain, on sait très bien que Tom Robinson est condamné, qu'il soit innocent ou coupable. Mais Scout, si attachée à Calpurnia, si sceptique quand on lui affrme qu'elle ne peut aller à la messe avec les Noirs, nous pousse à croire jusqu'au bout. C'est là-dessus que le roman mérite son Pullitzer, mais c'est loin d'être le seul attrait du roman. Car l'on rit, on s'attendrit devant ces enfants qui échafaudent mille hypothèses sur l'histoire de Boo Radley le reclus. On sourit de voir Scout s'indigner devant son grand-frère qui se met à se conduire comme un adulte alors qu'il n'a que douze ans. On devine en filigrane l'atmosphère lourde et pesante malgré la candeur de Scout qui elle, n'en a pas conscience.

La note de Mélu:

Note_3

Un roman touchant mais dense, à lire à tête reposée.

Titre original: To kill a mocking bird (traduit de l'anglais)

d_fi_des_100

20 / 21