orgueil_et_pr_jug_sL'auteur: j'ai déjà fait une première rencontre avec Jane Austen, il y a quelques temps, avec Lady Susan.

Le livre: Mr et Mme Bennett ont cinq filles. Lorsque le jeune et riche M. Bingley devient leur voisin, Mme Bennett espère bien qu'il trouvera une de ses filles à son goût. Justement, l'aînée, Jane, se rapproche beaucoup de M. Bingley. Mais celui-ci n'est pas venu seul: il est accompagné de M. Darcy, un ami influent dont l'élégance n'a d'égal que l'orgueil. Toujours prêt à confirmer aux autres la supériorité naturelle, réfractaire à entraver ses volontés et son confort personnel même pour se soumettre aux bonnes manières et aux conventions, ce dernier s'attire les mauvaises grâces d'Elisabeth Bennett, très digne et soucieuse de ne pas se laisser dénigrer sous prétexte de ses origines modestes, ou des frasques de ses petites sœurs avec les officiers de la caserne voisine.
Ce roman est un plaisir de légèreté et de second degré. Tous les personnages sont bardés de petits défauts et de travers qui les rendent délicieusement humains et attachants. J'ai tout simplement craqué sur Darcy: il mérite une bonne paire de gifle, et j'ai été ravie de voir qu'Elizabeth en est souvent à deux doigts. La légèreté du XVIIIème siècle (aimera? aimera pas? épousera? épousera pas?) est une bouffée d'oxygène. Mais surtout, l'humour et le détachement de l'auteur m'ont littéralement séduite. On hésite pas à révéler les sentiments des personnages et à s'amuser de leurs déconvenues. La pépite du livre d'après moi: la demande en mariage de M. Collins, imbu de lui-même au point de croire qu'il fait une faveur à la personne choisie, et plus intéressé par le mariage que par la mariée. A mourir de rire. Un pur moment de délice, que viendrait ternir un seul petit bémol : devant des personnages motivés essentiellement par leur sentiment, j'ai regretté que la passion qui les anime ne soit pas exprimée avec la même virtuosité que leur orgueil ou leur colère. On préfère dire "Il lui livra un discours plein de passion" que de nous retranscrire ce discours, et c'est un peu dommage.

La Note de Mélu: un coup de coeur!

coup de coeur 2


A lire absolument!
Titre original: Pride and Prejudice (traduit de l'anglais)

orgueilLe film: en 2006, Joe Wright propose sa version du best-seller de Jane Austen. Sa tête d'affiche, c'est Keira Knightley, a qui il confie le rôle d'Elizabeth Benett. J'avoue ne pas être très fan du jeu de cette actrice. Pourtant, j'ai presque réussi à oublier l'actrice tant elle réussit à rendre son personnage frais et piquant. Le point fort de ce film, c'est son ton léger, superficiel: ça pétille de cotillon et de fanfreluches. Le rythme est soutenu et suit rigoureusement l'intrigue de Jane Austen. Les cinq filles Bennet sont délicieuses: Jane (Rosamund Pike) est candide et douce à souhait, toute en blondeur, et les deux plus jeunes sont à claquer tant elles gloussent fort. Seul déception: Darcy, incarné par Matthew MacFadyen, que j'aurais voulu plus raffiné, plus dandy (peut-être plus beau gosse aussi,, mais c'est peut-être le fait de savoir qu'il existe une autre version ou Colin Firth tient le rôle). Par contre j'ai été agréablement surprise par le personnage de Bingley, campé par Simon Wood, d'un naturel désarmant et plus que convaincant en jeune homme amoureux sans la moindre arrière-pensée. En un mot, j'ai passé un excellent moment de film, qui rend justice au roman dont il se réclame. Un dernier regret: l'épilogue de l'histoire a été supprimé, et le film s'arrête au moment où il atteint son apogée. Et j'avoue que j'espérais au moins un bisou, enfin un peu de spectacle... Tant pis!