l_hotel_hant_L'auteur : Wilkie Collins (1824-1889) est un auteur britannique très populaire dans l'Angleterre victorienne et assez prolifique puisqu'on lui doit vint-sept romans ainsi que des pièces de théâtre, des essais, des nouvelles...
Le livre: Lorsque le docteur Wybrow reçoit la comtesse Narona à la réputation douteuse, il reste perplexe. Celle-ci, en effet, prétend être maudite. C'est pour l'épouser prochainement que Lord Montbarry a subitement rompu ses fiançailles avec Agnès Lockwood, au grand dam de toute sa famille qui appréciait beaucoup la jeune femme. Malgré les craintes de la comtesse, le mariage se conclut dans un climat tendu, et les nouveaux époux s'installent dans un hôtel à Venise, en compagnie d'une femme de chambre, d'un coursier et du frère de la comtesse dont la réputation ne vaut pas mieux.  Très vite, la femme de chambre démissionne, et le coursier disparaît sans laisser de trace. Et peu après, Lord Montbarry meurt d'une subite maladie, et celle qui est redevenu la comtesse Narona s'enfuit aux Etats-Unis.
J'ai littéralement dévoré ce roman: l'écriture fluide et soignée de l'auteur victorien m'a immédiatement happée. Ce roman protéiforme n'a cessé de me surprendre. Il commence, vous l'avez vu, comme un roman de mœurs: le bon docteur reçoit la femme à la moralité douteuse, on console la fiancée délaissée, courtisée par un cousin amoureux d'elle depuis longtemps... On est en plein Balzac. Puis, on bascule doucement dans une ambiance policière que ne renierait pas Agatha Christie: qu'est devenu le coursier, sachant que c'est Agnès elle-même qui l'a recommandé aux mariés pour qu'ils l'emploient, à la demande de sa femme qui est une dame de confiance? Pourquoi le frère de la nouvelle Lady Montbarry ne quitte-t-il pas le jeune couple? La mort subite du Lord est-elle si naturelle que cela? Enfin, l'on retombe dans une ambiance fantastique amorcée par les craintes de la comtesse: est-elle victime d'une malédiction, elle qui a provoqué le malheur autour d'elle et qui cristallise toute les haines? La séquence finale propose une mise en abyme troublante, malgré une facilité apparente.

La Note de Mélu:

Note_5
Vous l'avez compris: malgré un titre un peu niais, je me suis régalé de ce roman. A découvrir!
Titre original: The Haunted Hotel (traduit de l'anglais).