myst_res_du_nivernaisL'auteur: Sandra Amani (née en 1966) est une professeure de français passionnée par les légendes et les histoires qui font le patrimoine bourguignon. Elle est aussi l'auteur de romans pour la jeunesse.

Le livre: Le Nivernais, c'est la région de la Nièvre, dans la partie ouest de la Bourgogne, région encore imprégnée d'histoire, de coutumes, de légendes. Dans les forêts et les campagnes nivernaises, les pierres, les fontaines ou les arbres sont sacrés et on leur confère d'étonnants pouvoirs. Plus surprenants, des endroits comme les moulins ont aussi leurs histoires à raconter. Les animaux eux aussi sont l'objet d'anecdotes, de rumeurs ou de légendes: les loups ou les serpents bien sûr, mais aussi, plus inhabituel, les abeilles. Et bien sûr, les fées, lutins et sorcières pullulent...
Comme beaucoup de régions fortement rurales, la Bourgogne a gardé son histoire et ses légendes fortement ancrées. Quel plaisir de retrouver la magie inhérente à chaque chose, les traces que le passé laisse sur une terre. De ma lecture, je garde un souvenir fort de ces pierres, devenues presque sans intérêt pour l'œil du promeneur lambda, alors que les sillons qui y figurent servaient à recueillir le sang lors de sacrifices humains... et oui, ces gros cailloux servaient d'autels! Ce livre fourmille de petits détails de ce genre. J'ai été particulièrement surprise par les choses bizarres qui se passaient dans les moulins (je crois que je resterai à distance si je passe à proximité de l'un d'eux). Je ne pourrais tous les passer en revue tant il y en a, et je salue au passage le travail fourni par l'auteur pour les rechercher, les regrouper, les trier et parfois les mettre en récit!
Car l'un des points forts de ce livre est le talent de conteuse dont l'auteur fait preuve. Si l'on regrette parfois, et surtout au début du livre, des anecdotes un peu éparses, sans commentaire ni mises en scènes, qui nous empêchent de vraiment rentrer dans l'ouvrage, on est vite conquis par le ton des passages plus développés. J'ai tout particulièrement apprécié la prise de parole de la sorcière, du feu follet, ou du loup-garou au début des chapitres qui leur sont consacrés, et qui permet de rappeler, avec un petit frisson, ce qu'ils sont et pourquoi ils nourrissent un imaginaire aussi fort. Dans une langue précise et riche sans être ampoulée, la narration fait mouche à chaque fois.
On a également plaisir à y retrouver des personnages légendaires qui ont laissé des traces en Bourgogne. Ce cher Gargantua, par exemple, a soulagé sa vessie en inondant toute une vallée nivernaise. Et cette vouivre, la femme-serpent qui garde jalousement son trésor mais qui sait faire preuve de générosité envers les enfants, n'est-elle pas une cousine d'une autre femme-serpent du Lusignan cette fois, connue sous le nom de... Mélusine?
La partie la plus réussie reste selon moi celle qui suit une famille sur une année entière, voire plusieurs générations, au rythme des fêtes nivernaises... et de leurs superstitions! Car si l'on en croit les traditions, par exemple, il ne faut pas épousseter sa maison, ni faire sa lessive un jour saint. La jeune Marie doit donc être particulièrement attentive si elle ne veut pas attirer la malchance, la pauvre: il y en a tant!
Vous l'aurez compris, il y en a pour tous les goûts, et si j'ai moins apprécié certains passages, un peu trop factuels et pas assez narratifs à mon goût, ils sauront pourtant ravir ceux qui connaissent les endroits mentionnés.

La Note de Mélu:

Note_4
J'en profite pour remercier l'auteur, qui a eu la gentillesse de me dédicacer ce livre.