lettres aux ténèbres

L'auteur: Charlotte Bousquet (née en 1973) est une auteure de fantasty et fantastique française. Pour en savoir plus, allez faire un tour sur son site.

Le livre: Ambre et Lazzo. Deux vampires dont les chemins se sont croisés, puis séparés. Et puis un jour, Lazzo se retrouve devant la porte d'Ambre. Elle n'est pas là, mais il y trouve des lettres. Des lettres qu'Ambre lui a écrites, sans avoir vraiment l'intention de les lui envoyer. Il découvre alors des bribes de son histoire, muse d'un écrivain qui la retenait captive derrière les masques qu'il faisait d'elle, seule, à la recherche d'un frisson, d'une passion, d'une humanité qu'elle craint toujours de perdre. Lui, le Tzigane changé pour venger les siens, à la recherche d'une rédemption, ancien inquisiteur au service du Seigneurs des vampires parisiens, se reconnaît dans cette quête d'identité. Il décide alors de lui répondre, et de faire un portrait de celle qui l'effraie autant qu'elle le fascine.
La première impression que m'a faite ce livre est la qualité de l'écriture. Sans que les mots soient compliqués, ils créent un univers obscur, difficile d'accès, en perpétuel flottement. Il faut être concentré pour parvenir à reconstituer l'histoire de ces deux vampires, car ils ne le feront pas pour vous: ils écrivent pour eux, dans un univers qu'ils connaissent et qu'ils n'expliquent pas. C'est par bribes que l'on comprend leur histoire, leur passé, les morts qu'ils ont laissé derrière eux, les dangers qui les guettent, leur profonde solitude et la conscience de leur propre monstruosité dont ils ne parviennent pourtant pas à s'accommoder. Philosophique? Oui: une véritable réflexion sur soi, l'humain, l'autre et finalement l'amour se dégage. Et l'on ne cesse d'espérer que ces deux monstres complètement perdus parviennent enfin à se retrouver.
Les nouvelles qui suivent, tantôt écrites par l'auteur, tantôt par ses invités, sont de styles très variés. Toujours le même principe: on ne vous présentera pas l'univers vampirique, on y est, et vous suivrez. Des histoires très différentes cependant: tantôt un bref instant, sans réelle intrigue, moment capturé au vol. Tantôt une histoire où l'ombre du vampire plane sans réellement s'affirmer: la nouvelle "L'anniversaire" où des enfants s'improvisent chasseurs de vampire m'a laissé sur une impression terrible. Les hommages à François Villon, poète des non-morts avec sa Ballade des Pendus, offre une nouvelle perspective, délicieusement littéraire, à l'être de papier que nous devons à Stoker.

La Note de Mélu:

Note_4

Une œuvre aux multiples facettes que j'ai savourée!

Je remercie les éditions Rivière Blanche, le forum A travers les mots et surtout Anne-Sophie pour cette belle découverte!