Cette semaine, place au symbolisme. Je vous présente Jean Delville (1867-1953), un peintre belge inspiré par Wagner ou encore par l'ésotérisme. L'œuvre d'aujourd'hui nécessitera une petite mise au point mythologique: voici Orphée.

orph_e_jean_delville

Qui est Orphée? Un poète, très amoureux de sa femme Eurydice. Hélas, celle-ci meurt piquée par un serpent. Qu'à cela ne tienne: Orphée se rend aux Enfers la récupérer. Sa lyre vient à bout des gardiens les plus féroces, et le couple infernal, Perséphone et Hadès, accepte de laisser sa femme le suivre à une condition: il ne devra pas se retourner sur le chemin du retour. Arrivé en vue de la sortie, Orphée n'y tient plus, il se retourne. Eurydice est perdue. Désespéré, Orphée chante sa peine inconsolable sur toutes ses notes, et dédaigne le monde entier. Jusqu'à ce que les Bacchantes le croisent, le tuent, le mettent en pièce et jettent les morceaux de son corps dans le fleuve. On raconte que même coupée, la tête d'Orphée, posée sur la lyre à la dérive, a continué à chanter...
Et voilà l'origine de ce tableau. Avouez que pour une tête coupée, celle-ci est plutôt harmonieuse: elle a tout les critères des canons grecs classiques, perfection des traits, long cheveux. Loin d'une tête de cadavre, c'est une tête idéalisée, spiritualisée, un esprit en train de s'incarner. Cette tête est fantômatique, comme une brume qui sortirait de l'eau et qui s'exhalerait au travers de la lyre. Car c'est bien sur la lyre que la tête est posée, et quelle lyre! Observez le raffinement de l'objet, orné de gravures et de pierres précieuses. Cette lyre est un objet d'art à elle seule. Ma théorie? Une belle démonstration d'art pour l'art. Alors que la tête du personnage (le sujet du tableau, en d'autres termes) tend à disparaître, à "rentrer dans l'air" pour paraphraser Villiers de l'Isle-Adam, autre grand symboliste s'il en est, la lyre fourmille de détails, même si elle se fond complètement avec l'eau qui scintille autour d'elle. La tête blanche n'est donc qu'une poudre aux yeux qui dissimule et révèle à la fois le symbole d'un art à la fois artificiel et syncrétique puisqu'il regroupe art visuel, plastique et musical. Vous avez dit symbole?

Alors? Séduits?