le_diable_au_corpsL'auteur: Raymond Radiguet (1903-1923) est un écrivain qui abandonne ses études à quinze ans pour se consacrer au journalisme et à la littérature. Il meurt précocement de la fièvre typhoïde à vingt ans.

Le livre: un jeune lycéen de quinze ans, trop jeune pour le front mais déjà conscient de ce qui se joue, rencontre Marthe, une jeune femme sur le point de se marier avec Jacques, un soldat déjà au combat. Marthe l'obsède, et même s'il ne peut empêcher le mariage lors d'une permission de Jacques, il ne peut pas non plus cesser ses visites à la jeune mariée. Ils entament alors une liaison.
Très courte à lire, plus courte encore à résumer, cette histoire me laisse un peu perplexe. En pleine "grande guerre", le ton est froid, désabusée, comme si la guerre restait un écho, sans réel impact sur la vie des protagonistes. Tenu à l'écart de la guerre, le narrateur n'en est que plus cynique, allant jusqu'à souhaiter que son rival tombe au combat. Le titre nous annonce une histoire pleine de passion et pourtant, rien ne m'a paru plus froid que cette relation. Ce qui m'a surtout marqué, c'est non pas cet amour qui s'épanouit malgré un mariage qu'ils n'ont pas pu empêcher, ce sont tous les stratagèmes qu'ils s'inventent pour se tromper et se faire souffrir. Pervers, menteurs, manipulateurs et cachottiers, les deux amants ne se rattrapent même pas l'un l'autre. Peut-être est-ce là le diable: ils font des folies de leur corps sans penser une seule seconde à s'aimer.
Perplexe, vous dis-je.