derri_re_la_porteL'auteur: Emilie Cartier se décrit comme "une jeune auteure de 22 ans".  Elle signe ici son premier livre, et m'a elle-même proposé d'en faire la lecture: riche idée! J'ai immédiatement été emballée par le projet (et le fait que l'auteur ait presque le même âge que moi n'a rien à voir avec cela...)

Le livre:
Un journal s'ouvre. Une jeune fille écrit. Elle est encore punie, encore enfermée. Avec ce Bernie, qui la suit partout et qu'elle est la seule à voir et à entendre. Qu'est-ce qu'il est pénible! Elle sait qu'ils la disent anormale, que ses parents s'inquiètent, et que les médecins qui se succèdent n'apporteront aucune solution. Trop de secrets lui pèsent. Ils ont déjà tué son frère, elle le sait. Bientôt, elle ne maîtrise plus son corps. Ecrire l'aide et la soutient, mais peu à peu, le secret glisse de ses lèvres, et crie du fond du placard où ses parents l'avaient soigneusement enfermé.
Le gros point fort de ce petit livre, c'est son rythme. Au jour le jour, on suit la narratrice dans ses élans vers la destruction, au cours de messages parfois sporadiques et de longues ellipses temporelles qui en disent long sur son incapacité à écrire, mais aussi au fil des révélations distillées au compte-goutte et qui se mettent en place petit à petit. La tension est palpable, incarnée par ce Bernie, personnage que j'ai trouvé fabuleusement bien trouvé et bien construit, avatar du mal-être et incarnation du secret empoisonné. Plus que touchante et criante de vérité, l'héroïne m'a rappelé Valérie Valère dans Le Pavillon des Enfants fous, par sa description de sa folie et sa volonté de disparaître. Simple bémol pour moi: je trouve toujours que les révélations par journal intime interposé sont une solution de facilité un peu artificielle, voire très cliché. La deuxième histoire dans la première, qui va apporter la solution, a cependant l'avantage de se dérouler à toute vitesse, puisqu'on veut la savoir, cette fin! L'habileté de l'auteur se manifeste encore dans sa gestion de sa chute: sans deviner complètement, j'avais néanmoins bien flairé quelques pistes. N'est-ce pas la qualité d'un bon auteur que d'arriver à flatter l'intelligence de son lecteur tout en le surprenant?
Stephie a été "vraiment épatée" et Daniel Fattore (excusez du peu!) parle d'un "réalisme brut et troublant" et vous livre une belle critique de ce petit livre. A vous de lire! Vous trouverez le livre en cliquant ici, et vous retrouverez l'auteure en cliquant ici, et vous pouvez également sur le site de l'auteur commander un livre dédicacé, ce que j'ai fait!

DSC00087