51DPA94V79LL'auteur: Frank Herbert (1920-1986) est un auteur de science-fiction américain. Sa production impressionnante fait de lui un auteur de référence dans ce domaine. Le premier volet de sa série phare, Dune, est en deux tomes.

Le livre: Dune, la planète des sables, connue aussi sous le nom d'Arrakis, et ancien fief de la famille Harkonnen, a été confiée au duc Leto Atréïdes par l'empereur. Les deux familles sont ennemis héréditaires et la situation s'annonce tendue, d'autant plus qu'Arrakis est la seule planète où l'on trouve l'épice, substance qui donne longévité et prescience, très prisée et vendue à prix d'or. La popularité de Leto sur Arrakis commence à susciter jalousie et méfiance, et un complot couve. D'autant plus que Dame Jessica, sa compagne qu'il n'a jamais épousé, est une Bene Gesserit, issue d'un ordre féminin qui forme ses élèves au combat et à de mystérieux pouvoirs psychiques, et qui a désobéi à l'ordre en lui donnant un fils, Paul, qu'elle a malgré tout élevé en Bene Gesserit.
Accrochez-vous: le système est un peu difficile à comprendre tant il est complexe et détaillé (j'ai moi-même cherché un résumé sur internet pour m'assurer que j'avais tout compris). Mais la qualité de l'écriture vous happe immédiatement. Mes parents étant férus de science-fiction, j'avais en tête le film de David Lynch. Dès les premières pages, je me suis rendue compte à quel point ce film ne rendait pas justice au roman. Je suis un peu passée à côté des subtilités politiques de l'intrigue mais j'ai été passionnée par les Bene Gesserit et leurs dons, ainsi que par les pouvoirs que confère l'épice. Tout ce qui tourne autour de Dune est traité de manière fascinante: les inquiétants Fremen, le peuple de Dune, dont on parle dès le début pour ne les rencontrer réellement que dans le tome 2, et à dont l'épice a  changé leurs yeux, bleus sur fond bleu, la planète désertique où tout est bon pour économiser l'eau ; les distilles, ces costumes destiné à recueillir l'eau perdue par le corps; les coutumes où pleurer ou cracher devant quelqu'un est signe de respect tant le sacrifice est grand.  Comme prévu, j'ai juste adoré la petite soeur, Alia, l'abomination, capable de tenir des conversations des plus sages alors qu'elle n'a que deux ans. Chaque chapitre est précédé d'une citation extraite des livres de la mystérieuse princesse Irulan, qui crée un fil conducteur à cet univers très complet, cohérent et fascinant.

Laissez-vous porter...